Les douleurs chroniques

15.11.2017
Share article

La crise de décès dus aux opioïdes soulève un débat profond. Notre société semble aux prises avec une épidémie de douleurs chroniques. Y a-t-il autre chose à faire que de gober des analgésiques comme des bonbons?

Consommation d’opioïdes

Au Canada, nous sommes parmi les champions de l’usage des analgésiques et des opiacés / opioïdes (opioïdes fait référence aux narcotiques naturels comme la morphine ainsi qu’aux molécules de synthèse, comme le fentanyl). Le problème est sérieux. Sur la carte de Opioid Consumption Maps — Morphine, mg/capita, 2015, le Canada, les États-Unis et plusieurs pays d’Europe se trouvent dans le peloton de tête en ce qui concerne la consommation de ces substances.


Des substances pas banales

Nous connaissons les risques de toxicité, de dépendance et de tolérance des dérivés de la morphine.

Outre une dépendance psychologique, ces substances causent une dépendance organique, pharmacologique. Le corps crie pour avoir sa dose. Ce n’est plus seulement une question de soulager la douleur initiale. La douleur est exacerbée par le « sevrage » lorsque le médicament ne vient pas; les douleurs sont présentes tout le temps.

Le phénomène de tolérance fait référence au fait que le corps a besoin d’une dose de plus en plus élevée pour obtenir le même soulagement.

Sachant ceci, les opioïdes devraient être la dernière solution pour une douleur chronique. Pourtant, force est de constater que ce n’est pas le cas.

Les anti-inflammatoires

L’usage d’anti-inflammatoires n’est pas nécessairement mieux. On a cru, avec l’arrivée des médicaments de la classe des inhibiteurs COX-2 comme Celebrex (Celecoxib), que tout serait plus simple puisque ces molécules affectent moins (ou différemment…) l’estomac.

Le retrait du tristement célèbre Vioxx™ en 2004 nous raconte une tout autre histoire. Cet anti-inflammatoire cause une toxicité cardiaque importante qui augmente avec la durée d’utilisation.

Qui plus est, cette toxicité n’est pas propre au Vioxx™, ni même aux inhibiteurs de la même famille (COX-2). En effet, une chercheure de Montréal, Michelle Bally, a tout récemment démontré que cette toxicité cardiaque se retrouve chez tous les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS). L’ibuprofène, le diclofénac, le naproxène et tous ces médicaments courants sont donc nocifs pour le coeur.

Que faire pour aider à diminuer les douleurs chroniques?

Tout d’abord, plusieurs approches intéressantes, qui sortent de mon champ de compétence, sont efficaces contre les douleurs chroniques. Pensons à l’acuponcture, la chiropractie, les TENS (appareils de neurostimulation électrique transcutanée), les exercices spécifiques, certaines approches psychologiques comme la thérapie cognitivo-comportementale, l’hypnose et la pleine conscience (voir http://news.doccheck.com/fr/blog/post/6059-douleur-chronique-et-pleine-conscience/).

Côté produits naturels, 2 substances « banales » ont retenu mon attention au fil de mes recherches: la vitamine D et le magnésium.

Vitamine D

L’usage de vitamine D pourrait réduire la douleur jusqu’à 57% !

La première chose à comprendre est que la carence en vitamine D est beaucoup plus fréquente que ce que l’on présumait. En effet, Santé Canada montre que 41% des gens n’ont même pas le taux sanguin minimum (50 nmol/l) pour prévenir le rachitisme (voir http://www.jydionne.com/vitamine-d-etes-vous-en-carence/).

Mais la vitamine D n’est pas juste utile pour prévenir le rachitisme! Elle joue aussi un rôle important dans le contrôle de l’inflammation. Plus votre taux sanguin de vitamine D est élevé, plus les facteurs d’inflammation se normalisent. Ainsi, le taux sanguin que Santé Canada recommande est beaucoup trop bas. Selon les experts, le minimum sanguin devrait être de 75 nmol/l. Dans les maladies inflammatoires, on devrait même tendre vers un taux de 150 nmol/l (à tout le moins, au-delà de 110 nmol/l).

Études sur le lien entre la vitamine D et les douleurs chroniques

La Dr Marie-France Le Goaziou de l’Université Claude Bernard à Lyon, en France, a publié un travail admirable sur ce sujet.

Lien entre la carence en vitamine D et les douleurs chroniques: Sur 135 femmes en douleurs chroniques, 39,3% avaient un taux de vitamine beaucoup trop bas (< 30 nmol/l). Chez les 61 femmes portant le voile, le taux moyen était encore plus bas, soit 20,1 nmol/l. D’ailleurs, pour ces femmes, le risque de carence sévère est augmenté de 637% par rapport à une femme qui ne porte pas ce genre de vêtement.

Lien entre la prise de suppléments de vitamine D et l’amélioration des douleurs: Dans un groupe similaire, le taux de vitamine D était très faible au départ (26 nmol/l en moyenne). Dr Le Gaoziou a montré qu’en corrigeant ce taux rapidement avec des doses massives de 400 000 UI à 600 000 UI de vitamine D, les douleurs chroniques et la qualité de vie étaient grandement améliorées.
Des doses moins importantes (5 000 UI et plus), mais prises à chaque jour, peuvent apporter les mêmes bienfaits. Parlez-en à votre médecin traitant pour faire vérifier votre taux sanguin de vitamine D.

Magnésium

Le magnésium est un minéral oublié. Pour une grande partie de la population (42,9% des Canadiens selon Santé Canada), l’alimentation ne couvre pas le besoin estimé moyen.

Quelques études sur le magnésium et les douleurs chroniques

Quel supplément de magnésium choisir?

Évitez les suppléments contenant de l’oxyde de magnésium. C’est le plus fréquent et le moins cher, mais certainement pas le mieux absorbé. Préférez le citrate, le bisglycinate, le lactate ou l’aspartate de magnésium.

Des doses de 300 à 400 mg de magnésium par jour sont utiles pour les douleurs chroniques et sont sécuritaires.

Conclusion

Il y a bien d’autres suppléments qui peuvent aider à soulager les douleurs chroniques, selon leurs causes. Mais ces deux suppléments, vitamine D et magnésium, peuvent être utiles et faire la différence entre un traitement médical décevant et un traitement qui soulage réellement.

Copyright de l'image: openDemocracy/flickr/CC BY-SA

La dernière fois mis à jour le 28.11.2017.

4 note(s) (5 ø)
892 Consultations
Médecine
La longitud máxima de un comentario es 1000 caracteres.
Le nombre maximum de caractères pour un pseudonyme est 30.
Veuillez remplir les champs suivants.
Please insert a valid comment!
invité
Quitte à prendre du magnésium, il vaut mieux l associer à la vitamine B6. Dr YJ
#1 Il y a 47 jours de invité
  0
Click here and become a medical blogger!
Dans mes lectures et recherches quotidiennes, je suis tombé sur un article de George Lundberg sur Medscape (1). Dr plus...
Surdose de caféine Le décès de l’adolescent le 26 avril est lié aux effets cardiovasculaires de la caféine : plus...
L’usage des statines en prévention primaire - chez quelqu’un qui n’a jamais subi d’évènement cardiaque - plus...

Disclaimer

PR-blogs on DocCheck are sponsored blogs which are published on DocCheck by commercial providers additionally to regular userblogs. They may contain promotional statements. DocCheck is not responsible for this content.

Langue:
Suivre DocCheck: