Le Neem: une plante aux milles convoitises

07.06.2017
Share article

Ouagadougou, capitale du Burkina Faso, a accueilli du 24 au 26 mai 2017, le premier sommet panafricain sur le Neem. Ce sommet qui était placé sous le thème « Le Neem africain : réalité actuelle et futur potentiel » a montré à souhait une utilité imparable du Neem.

L’exploitation optimale de cette plante médicinale et alimentaire, qualifiée « d’Or vert », pourrait constituée « une source de revenus sures et une solution au développement durable » selon Albert Ouédraogo, Président de Burkina Neem Fondation (BUNEF).

Rappel des faits :

Deux consultations internationales sur le Neem ont eu lieu respectivement à Bangkok (Thaïlande) en 1993, et à Jodhpur (Inde) en mars 1994 ; à la suite desquelles fut créée le Réseau Internationale sur Neem. Ce réseau coordonné par la FAO (Food and Agriculture Organzation of United Nations) réunissait à l’époque des institutions de plus de 23 pays d’Asie, d’Afrique, d’Amérique Latine et d’Europe. L’objectif principal de ce Réseau adepte du Neem, était de faire de cette plante une source de revenus , ce en étudiant davantage la physiologie, la technologie des semences, la diversité génétique et biologie de la reproduction et la variation dans les composés chimiques. Dès 1993, la Fondation Neem[1] fût crééer afin de promouvoir l'arbre de Neem

Eléments d’ethnobotanique :

Selon Dr Doudou Faye, Entomologiste Agronome et Président de Neem of Africa , en Inde les vertus thérapeutiques du Neem réside dans la traduction littérale de son nom «la pharmacie du village ». Chez les bantoues de l’Afrique de l’Est, le Neem est nommé littéralement en Swahili « la cure de 40 maladies ». Chez les mandés, en Dioula, le Neem est appélé « djokouadjo-jiri », c'est-à-dire la plante du paludisme[2].

Botanique :

Azadirachta indica (A. Juss 1830),  Neem ou margosier en nom vernaculaire, est originaire d’Inde, et pousse sur des sols pauvres des zones climatiques arides et semi-arides de l’Asie tropicale, Afrique et en Australie. Aujourd’hui, il est de plus en plus cultivé en Amérique du Sud et Centrale (au Mexique), aux Antilles et même en Europe (sur la Côte d’Azur), où il est apprécié comme arbre d’agrément[3].

Photochimie :

L’huile essentielle du Neem contient comme actifs princiapux, l’azadirachtine A, L'acide oléique, stéarique, palitique, linoléique, myristique. La quantité d’azadirachtine contenue dans les graines varie considérablement selon les conditions climatiques, les conditions du sol et le génotype de l’arbre (Ermel 1986 ; Singh 1986).

Utilisation du Neem :

En résumé, le Neem a un potentiel économique important :

Dr KONATE Boureima

PharmD, MPH-Global Health

...............................................................

Sources: 


[1] http://www.neemfoundation.org/

[2] J.Fleurentin, J-M.Pelt et G.Mazars.Des sources u savoir aux médicaments du futur. http://books.openedition.org/irdeditions/7187

[3] http://www.neem.fr/fr/accueil/8-articles/8-arbre-de-neem

 

Image source (Newsletter): punnamjai/pixabay/CC0

La dernière fois mis à jour le 13.06.2017.

1 note(s) (4 ø)
566 Consultations
La longitud máxima de un comentario es 1000 caracteres.
Le nombre maximum de caractères pour un pseudonyme est 30.
Veuillez remplir les champs suivants.
Please insert a valid comment!
Click here and become a medical blogger!
Dans le cadre de mon Mémoire de Master en Santé (Publique) Internationale de l'Université Senghor d'Alexandrie, je plus...
L'article est paru le 04 août 2016 dans la revue PLOS Pathogens, et avec comme premier auteur, Hien Domonbabele, un plus...
L'adoption de ce programme de gatuité des soins, vise à réduire la mortalité maternelle et infantile au Burkina plus...

Disclaimer

PR-blogs on DocCheck are sponsored blogs which are published on DocCheck by commercial providers additionally to regular userblogs. They may contain promotional statements. DocCheck is not responsible for this content.

Langue:
Suivre DocCheck: