Un peu de sport, ma bonne dame

01.02.2016
Share article

Première activité : petite course de fond pour rejoindre ma voiture car comme d'hab, je suis à la bourre. Parfois, ce ne sont que des petites foulées mais souvent carrèment un sprint ! Entre deux patients, pour rejoindre sa voiture, pour poser les prises de sang à la pharmacie, une bonne petite coursinette est souvent la bienvenue.

Lorsque l'on est infirmière, on a besoin d'une bonne, voire d'une très bonne condition physique digne parfois d'un sportif de haut niveau. Pas besoin (ou pas le temps il faut bien reconnaître) de faire du sport en dehors du boulot. bon, j'avoue, pour ma part, j'en fais quand même un chouilla, histoire d'évacuer la bête qui est en moi (surtout les jours de galère où la bête se réveille tout au long de la journée et que, le soir, il faut bien se dépenser un peu, histoire de lui faire faire une petite ballade). Alors pour les libéraux mais également pour tous les infirmiers, à vos baskets !

Le matin, lorsque mon réveil sonne, et que j'ai les miches bien au chaud sous ma couette, ma première pensée (fatiguée) va à l'énergie débordante que je vais devoir puiser pour tenir la cadence tout au long de la journée. Là, en général, je n'ai qu'une envie, me mettre sous la couette et pioncer toute la matinée. Ma bonne conscience ayant raison de moi, je me lève et commence la journée.

Première activité : petite course de fond pour rejoindre ma voiture car comme d'hab, je suis à la bourre. Parfois, ce ne sont que des petites foulées mais souvent carrèment un sprint !

La course fait partie d'une des activités récurrentes de la journée d'une libérale. Entre deux patients, pour rejoindre sa voiture, pour poser les prises de sang à la pharmacie, une bonne petite coursinette est souvent la bienvenue.

Deuxième activité : gymnastique du matin (et même du soir) : et un "baisser", et deux "relever", et trois "à genoux", et quatre "pencher en avant", et cinq "rebaisser". Plier bien les genoux, mesdames (et messieurs), le dos bien droit, on se relève doucement et on se rebaisse.

Troisième activité : un peu de culturisme, ça ne fait pas de mal. On soulève, remonte dans le lit, assoit chaque jour des patients parfois deux fois plus lourds que nous. On essait comme on peut d'appliquer les cours théoriques de manutention appris à l'école d'infirmières mais pas toujours facile à domicile car le mobilier est, comment dire moins adapté qu'à l'hôpital : lit de poupée au ras du sol, fauteuil moelleux mais un brin engloutissant, table de chevet branlante servant de lève-malade...

Quatrième activité : apnée. Un art à maîtriser parfaitement lorsque l'on se rend chez certains patients. On sonne, la personne ouvre, et là, on entame une bonne apnée pour pouvoir rentrer car les murs de la maison ont l'air d'avoir été repeints à la pisse de chats.

Cinquième activité (et pas des moindres) : la course automobile. Que celui qui n'a jamais lors d'une tournée appuyé sur le champignon me jette la première pierre. Sans parler, de la course dans les chemins les jours de pluie où ta voiture est retapissée à la boue ("vous avez changé de voiture ?", "non, non, c'est qu'elle est sale !"). J'ai parfois l'impression d'être dans "Gran turismo" où le joueur choisi le décor, pluie, Neige ou verglas.

A ces activités peuvent s'en ajouter bien d'autres plutôt ponctuelles : saut d'obstacles ("mais pousses-toi le chien"), fléchettes (une petite IM dans la fesse, non je rigole !), lancer de poids (et vas-y que je balance ma valise dans la voiture), poutre ("Madame, marchez sur la planche pour atteindre la porte car le béton est tout frais")...

Toutes ces activités font partie de notre quotidien. Eh oui, être infirmier ce n'est définitivement pas un boulot de bureau (pardon pour ceux qui sont assis derrière leur ordi). On se fatigue physiquement tout au long de notre carrière. On use nos articulations, certains sont contraints de s'arrêter parce que leur corps ne peut plus avancer. C'est la réalité de notre métier, alors Madame la ministre de la Santé, un peu d'indulgence s'il vous plaît...


article original sur : lapetiteinfirmieredanslaprairie.com

Copyright de l'image: gillian maniscalco, flickr, CC BY-SA

La dernière fois mis à jour le 25.03.2016.

4 note(s) (5 ø)
786 Consultations
Études, Médecine
La longitud máxima de un comentario es 1000 caracteres.
Le nombre maximum de caractères pour un pseudonyme est 30.
Veuillez remplir les champs suivants.
Please insert a valid comment!
Click here and become a medical blogger!
« Je n’arrive à rien, j’ai trop mal… » Elle répète cette phrase inlassablement. Depuis qu’elle est plus...
Je franchis le petit portillon. La maison se dresse devant moi. Allez, un pas en avant et j’entrerai. Un pas en plus...
Ce soir elle sera de nouveau saoule ou peut-être pas. Cela tient à peu de choses. Un petit rien qui bascule dans un plus...

Disclaimer

PR-blogs on DocCheck are sponsored blogs which are published on DocCheck by commercial providers additionally to regular userblogs. They may contain promotional statements. DocCheck is not responsible for this content.

Langue:
Suivre DocCheck: