Sclérose En Plaques : le miconazole et le clobétasol à la rescousse!

30.10.2015
Share article

Le rêve des chercheurs est sans limite. Dans la Sclérose En Plaques (SEP), une étude américaine tente de prouver l'utilité d'un antifongique imidazolé (miconazole) et d'un anti-inflammatoire stéroïdien (clobétasol) dans le traitement de cette maladie auto-immune encore incurable. Chez la souris, ces deux molécules activent la différenciation des cellules progénitrices des oligodendrocytes.

Pathologie - Epidémiologie:

La Sclérose En Plaque (SEP) est une maladie auto-immune consistant en la destruction de la myéline (démyélinisation) des axones (fibres nerveuses) et des oligodendrocytes (productrices de la myéline) dans le système nerveux central. C'est donc une maladie neurodegénérative qui se manifeste cliniquement par des perturbations motrices, cognitives et sensitives.

Elle affecte en général le jeune adulte (trentenaire) avec un sex-ratio de 1 homme pour 3 femme. Elle n'est pas héréditaire, mais il esiste des facteurs génétiques favorables à son occurrence, ce en lien avec des facteurs environnementaux.

Le traitement de la SEP reste encore symptomatique: le cortisol y est indiqué par traiter les poussées inflammatoires, et pour prévenir ces dernières on utilise des immunomodulateurs (interféron bêta, glatiramère, et éventuellement en per os le dimétyl fumarate et le teriflunomide) en traitement de fond (première intention). Des immunosuppresseurs, notamment, le natalizumab et le fingolimod sont limités dans les formes très actives et sévères de la SEP en raison de leurs effets indésirables potentiellement graves. 

L'idée des chercheurs de l'université de Cleveland est de trouver  des molécules capables de stimuler la régénération des oligodendrocytes, et partant la rémyélinisation. De fait, ils ont testé le potentiel thérapeutique d'environ 700 molécules en s'appuyant sur la bio-informatique, la génomique, la protéomique, la robotique et les nanotechnologies (technique de criblage à haut début). De ce screening pharmacologique, seules deux molécules sont sorties du lot: le miconazole et le clobétasol qui activent la différenciation des cellules progénitrices des oligodendrocytes (CPOs) en oligodendrocytes. Ces dernières synthétisent la myéline, et les lésions axonales sont alors réparées et diminuées. C'est là, une innovation de plus.

A quand les essais cliniques ?

Ils sont envisageables dans un avenir proche vu que le miconazole et le clobétasol sont déjà utilisés en thérapeutique. On sait beaucoup de leurs effets indésirables et de leur maniement. Aussi, la recherche de molécules promyélinisantes n'est pas à son premier coup d'essai! L'anticorps anti- Lingo 1 est déjà en phases cliniques. 

 
Dr KONATE Boureima
Pharmacien

Copyright de l'image: StudioM1/ thinkstock

La dernière fois mis à jour le 02.11.2015.

19 note(s) (4.63 ø)
2198 Consultations
La longitud máxima de un comentario es 1000 caracteres.
Le nombre maximum de caractères pour un pseudonyme est 30.
Veuillez remplir les champs suivants.
Please insert a valid comment!
invité
Que devient l'essai clinique nous avons tellement d'espoir dans ce traitement
#1 à 05.05.2016 de invité
  0
Click here and become a medical blogger!
Dans le cadre de mon Mémoire de Master en Santé (Publique) Internationale de l'Université Senghor d'Alexandrie, je plus...
L’exploitation optimale de cette plante médicinale et alimentaire, qualifiée « d’Or vert », pourrait plus...
L'article est paru le 04 août 2016 dans la revue PLOS Pathogens, et avec comme premier auteur, Hien Domonbabele, un plus...

Disclaimer

PR-blogs on DocCheck are sponsored blogs which are published on DocCheck by commercial providers additionally to regular userblogs. They may contain promotional statements. DocCheck is not responsible for this content.

Langue:
Suivre DocCheck: