Anticancéreux : Beaucoup de nouveautés pour peu d’intérêt clinique

20.07.2015
Share article

S'il y a une classe thérapeutique où foisonnent de nouvelles molécules, c'est bien celle des anticancéreux. Dans ce domaine tout laisse à croire que les chercheurs sont de véritables prodiges, que le succès dans la chimiothérapie anticancéreuse en est intimement lié.

Mais, à voir de près, plus d'un chercheur rétorque. Il y a plus de mercantilisme que d'une véritable Evidence Based Medicine.

Si le parent pauvre des classes thérapeutiques reste les anti-infectieux, les anticancéreux sont sans doute la classe des blockbusters

La célérité avec laquelle arrivent sur le marché les nouveaux anticancéreux suscite beaucoup de questionnements d'autant que la recherche dans ce domaine est très complexe : Y a t-il un laxisme des autorités de règlementation pharmaceutique quant à l'octroi des autorisations de mise sur le marché ? L'influence croissante, médusée et négative des lobbies pharmaceutiques n'est-elle pas en cause ? N'y a t-il pas trop de conflits d'intérêts dans la chaine des responsabilités (cliniciens oncologues, investigateurs, promoteurs, firmes pharmaceutiques) dans les essais cliniques ? Les nouveaux anticancéreux sont-ils nettement plus efficaces que les anticancéreux classiques ? Qu'en est-il de leur profil d'innocuité ? Que dire de leur utilité, de leur économicité ?

Sur le plan clinique, des voies s'élèvent pour fustiger l'efficacité, l'innocuité et la cherté de ces nouvelles molécules anticancéreuses. En général, elles n'amélioreraient en rien la survie globale des patients, ni la qualité de vie de ces derniers. Le prix de ces médicaments ne repose sur aucune justice ni aucune logique : rien que de la surchère sans état d'âme.

Leur apport dans la révolution dans le traitement des cancers n'est qu'un effet de mode. En réalité, le succès des chimiothérapies anticancéreuses repose sur le diagnostic précoce et la prise en charge précoce avec les molécules classiques qui sont les plus disponibles et les plus accessibles financièrement à l'échelle mondiale.

Le foisonnement des nouvelles molécules anticancéreuses est d'ailleurs contre productif. Il décuple les protocoles de chimiothérapie  sans efficacité égale ou supérieure véritablement démontrée par rapport aux anciens protocoles validés. Par la même, ce foisonnement des nouveaux anticancéreux submerge les cliniciens qui au lieu de faire des traitements au quotidien font en réalité des essais cliniques en routine puisque utilisant des molécules sans récul d'efficacité ni d'innocuité évidemment validés. Ce foisonnement des nouvelles molécules anticancéreuses, trop chères pour être accessibles pour les plus démunies, ajoute injustement du désespoir et de la peur aux patients des pays du Sud qui auront le sentiment de n'être perfusés qu'avec des molécules dépassées ou des placebo puisque incapables de se procurer ces nouveaux anticancéreux. 

Ces nouveaux anticancéreux dont très peu sont innovants ( donc sans intérêts)  sont concentrés dans la classe des anticorps monoclonaux, lesquels entrant dans le concept de thérapie ciblée.

Les anticancéreux classiques, cytotoxiques, utilisés avec optimisation restent les meilleurs antinéoplasiques au meilleur rapport bénéfice - risque, coût-efficacité, coût-utilité... 

Et, le besoin en anticancéreux innovants est réel et souhaité, à condition que des firmes pharmaceutiques plus humanistes moins cupides et des chercheurs plus moraux déontologiquement acceptent de se donner du temps et de la rigueur scientique dans la Recherche et Développement des médicaments contre les cancers.

Dr KONATE Boureima

Pharmacien

Copyright de l'image: Peshkova, thinkstock

La dernière fois mis à jour le 24.07.2015.

4 note(s) (4.75 ø)
1188 Consultations
La longitud máxima de un comentario es 1000 caracteres.
Le nombre maximum de caractères pour un pseudonyme est 30.
Veuillez remplir les champs suivants.
Please insert a valid comment!
invité
Excellent article. Ça donne à réfléchir. Les cas du glivec (imatinib) en Inde et du sofosbuvir en Chine reste édifiants de la cupidité des firmes pharmaceutiques.
#1 à 21.07.2015 de invité
  0
Click here and become a medical blogger!
Dans le cadre de mon Mémoire de Master en Santé (Publique) Internationale de l'Université Senghor d'Alexandrie, je plus...
L’exploitation optimale de cette plante médicinale et alimentaire, qualifiée « d’Or vert », pourrait plus...
L'article est paru le 04 août 2016 dans la revue PLOS Pathogens, et avec comme premier auteur, Hien Domonbabele, un plus...

Disclaimer

PR-blogs on DocCheck are sponsored blogs which are published on DocCheck by commercial providers additionally to regular userblogs. They may contain promotional statements. DocCheck is not responsible for this content.

Langue:
Suivre DocCheck: