Sildénafil : futur agent pharmacologique contre la paludisme !

25.05.2015
Share article

Le sildénafil est jusque -là indiqué en thérapeutique contre la déficience érectile et l'hypertension artérielle pulmonaire. Une coalition de chercheurs français et anglais veut lui donner une nouvelle jeunesse.

Sur le plan pharmacologique, c'est un inhibiteur puissant et sélectif de la phosphodiestérase de type 5 présente dans le corps caverneux et le système vasculaire pulmonaire. Mais, une coalition de chercheurs français et anglais veut lui donner une nouvelle jeunesse.

Le sildénafil contre le paludisme ! C'est bien étonnant, mais prévisionnel pour l'oeil d'un pharmacologue. Loin de toute serendipité comme fut la découverte du sildénafil lui-même,  les chercheurs de l'Institut Cochin, de l'Institut Pasteur et de la London School of Tropical Medicine and Hygiene ont cerné la transposabilité de l'action pharmacologique du sildénafil sur le corps caverneux et le système vasculaire pulmonaire sur la dynamique pathologique du plasmodium dans les hématies. 

L'inhibition de la phosphodiestérase de type 5(PDE5) entraine une accumulation de la Guanosine MonoPhosphate cyclique (AMPc) entrainant un relachement des muscles lisses du corps caverneux  ( favorisant l'afflux sanguin, donc une bonne érection) et des cellules musculaires lisses des vaisseaux pumonaires ( favorisant une baisse de la tension artérielle pulmonaire). 

Quid de l'étonnante action du sildénafil sur le paludisme !

Cette étude est parue le 7 mai 2015 dans la revue PlOS Pathogens. Le sildénafil en inhibant la PDE5 chez les érythrocytes infectés par le plasmodium, entraine un durcissement de la membrane des érythrocytes les rendant ainsi anormaux. Hors les érythrocytes anormaux, notamment ceux dont la déformabilité membranaire est mauvaise, sont vite capturées par la rate qui les détruit, y libérant les germes de plasmodium, ici les gamétocytes. La rate étant l'organe lymphoîde par excellence, ces formes sexuées du plasmodium sont prises par les lymphocytes et détruites entièrement. Le cycle du plasmodium chez l'homme est vite ainsi interrompu, empêchant la transmission des formes sexuées du plasmodium de l'homme à l'anophèle femelle. 

Cette nouvelle approche pharmacologique de traitement du paludisme et de la prévention de sa transmission aux moustiques est une autre avancée incontestable. 

Mais le sildénafil dans son état actuel ne peut être promu dans cette indication pour son effet érectile. Les chercheurs iront sans doute modifier la structure chimique du sildénafil pour diminuer voire supprimer l'effet érectile, tout en maintenant voire renforçant la puissance et la spécificité d'action pharmacologique de la molécule. Au quel cas, il va falloir bander pour guérir du paludisme !

Dr KONATE Boureima

Pharmacien

Copyright de l'image : CC BY

Copyright de l'image: NIAID/flickr

La dernière fois mis à jour le 14.09.2015.

2 note(s) (5 ø)
1227 Consultations
La longitud máxima de un comentario es 1000 caracteres.
Le nombre maximum de caractères pour un pseudonyme est 30.
Veuillez remplir les champs suivants.
Please insert a valid comment!
invité
Bonjour Dr, bel article. AMPc= Adenosine MonoPhosphate cyclique la Guanosine MonoPhosphate cyclique=GMPc au lieu de AMPc.
#1 à 14.09.2015 de invité
  1
Click here and become a medical blogger!
Dans le cadre de mon Mémoire de Master en Santé (Publique) Internationale de l'Université Senghor d'Alexandrie, je plus...
L’exploitation optimale de cette plante médicinale et alimentaire, qualifiée « d’Or vert », pourrait plus...
L'article est paru le 04 août 2016 dans la revue PLOS Pathogens, et avec comme premier auteur, Hien Domonbabele, un plus...

Disclaimer

PR-blogs on DocCheck are sponsored blogs which are published on DocCheck by commercial providers additionally to regular userblogs. They may contain promotional statements. DocCheck is not responsible for this content.

Langue:
Suivre DocCheck: