Tuberculose MDR : la bédaquiline et le délamanide pourraient changer la donne

01.04.2015
Share article

Depuis 2009, l'incidence de la tuberculose Multi-Résistante a augmenté de 300%. En 2013, 9% des tuberculoses multirésistantes étaient ultrarésistantes. Ce qui est d'autant inquiétant vu que les solutions thérapeutiques sont lourdes, très limitées et coûteuses . Les antituberculeux homologués jusque là n'ont que très peu d'impact sur l'évolution de ces formes de tuberculoses.

Face à cet autre problème majeur de santé publique, des rechecheurs tentent de trouver des molécules innovantes afin de contrer l'émergence des souches multirésistantes de Mycobactérium tuberculosis , mycobactérie responsable de la tuberculose. 

La bédaquiline et le délamanide timidement autorisés dans la prise en charge des TB MDR, sont l'objet d'un projet d'études cliniques approfondies devant être lancées ce 1er avril 2015.  Ce project  dénommé EndTB est soutenu conjointement par 04 grandes organisations médicales dont Partners In Health (PIH), Médecins Sans Frontière (MSF), Interactive Research and Development ( IRD) et Unitaid.

L'objectif du projet EndTB est de transformer radicalement la prise en charge des cas de tuberculoses multirésisantes en particulier et de la tuberculose commune d'ici 2019 par  la mise au point de  nouvelles approches thérapeutiques plus efficaces et moins lourdes. 

Bedaquiline et délamanide , deux espoirs pharmacologiques, les seuls ( en sus de l'acide para-aminosalicylique lucane) antituberculeux découverts ces 50 dernières années, seront administrés chez 2 600 patients atteints de TB MDR dans 17 pays. Et 600 patients TB MDR seront enrolés dans un essai clinique afin de tester de nouvelles combinaisons thérapeutiques dans l'espoir de trouver des traitements plus courts , plus efficaces et mieux tolérés. 

En rappel bédaquiline et délamanide sont sous une Autorisation Temporaire d'Utilisation (ATU), et n'ont été adminstrés respectivement que chez moins d'un millier et une dizaine de patients TB MDR dans le monde. 

L'initiative humanitaire du projet EndTB est à saluer à plus d'un titre, vu que les firmes pharmaceutiques continuent de délaisser la recherche des molécules anti-infectieuses ( dont les véritables bénéficiares sont les populations à faible pouvoir d'achat). Elles ciblent davantage les blockbusters nichés dans les pathologies lourdes ( dont les cancers, maladies cardiovasculaires et métaboliques).

Dr KONATE Boureima, Pharmacien

Copyright de l'image : CC BY

Copyright de l'image: NIAID/flickr

La dernière fois mis à jour le 15.04.2015.

4 note(s) (5 ø)
912 Consultations
La longitud máxima de un comentario es 1000 caracteres.
Le nombre maximum de caractères pour un pseudonyme est 30.
Veuillez remplir les champs suivants.
Please insert a valid comment!
Click here and become a medical blogger!
L'article est paru le 04 août 2016 dans la revue PLOS Pathogens, et avec comme premier auteur, Hien Domonbabele, un plus...
L'adoption de ce programme de gatuité des soins, vise à réduire la mortalité maternelle et infantile au Burkina plus...
La flambée urbaine de la fièvre jaune en Angola et en République Démocratique du Congo ( RDC) est grave et plus...

Disclaimer

PR-blogs on DocCheck are sponsored blogs which are published on DocCheck by commercial providers additionally to regular userblogs. They may contain promotional statements. DocCheck is not responsible for this content.

Langue:
Suivre DocCheck: