Dracunculose: le Burkina Faso réaffirme l'éradication

17.02.2015
Share article

Dans une conférence de presse en date du vendredi 13 février 2015, le Ministre de la santé , Dr Amédée Prosper DJIGUIMDE rassure la population burkinabè de l'éradication du ver de guinée. Cela fait suite aux résultats positifs des enquêtes et évaluations épidémiologiques post- certification, laquelle certification avait été provisoirement obtenue en 2011.

La maladie du ver de Guinée appélée  dracunculose,  a été détectée pour la première fois en Haute Volta ( aujourd'hui Burkina Faso) en 1963.

C'est à partir des années 1982 que le Professeur Robert Diguiemdé et ses collaborateurs du Centre Muraz, ont méné des recherches et enquêtes qui ont fourni une bonne connaissance de la maladie et de son épidémiologie. Ces travaux de l'époque permirent l'échafaudage d'un projet de lutte contre la drancunculose basée sur l'éducation sanitaire et le filtrage des eaux de boissons.

D'éventuels travaux ont suivi aboutissant à la mise en oeuvre du programme national d'éradication du ver de Guinée avec l'appui des partenaires techniques et financiers. Ainsi le nombre de cas de la maladie du ver de Guinée est passé de 11 784 en 1992 à 0 en 2006 au Burkina Faso.

En 2007, une Commission de pré-Certification a été mise en place,  aboutissant à l'obtention de la Certification de l'Eradication de la Dracunculose au Burkina Faso le 1er décembre 2011

Crée en Mai 1995, la Commission Internationale pour la Certification de l'Eradication de la Dracunculose (CICED), une commission de l'OMS, est la seule au monde à octroyer la " certification de l'éradication de la dracunculose ". Celle-ci étudie, évalue et approuve l'absence de transmission de cas autochtones du ver de guinée dans les  pays démandeurs.

Mais la certification ne devient complète qu'après une évaluation satisfaisante par la CICED ( absence de cas autochtone, absence de transmission, risque de réintroduction, accès à l'eau potable dans les zones infectées)  des enquêtes épidémiologiques  sur 3 ans de surveillance épidémiologique active post-certification.

En somme , à nos jours et depuis 2011, date de la certification de la dracunculose, et bien avant en 2006;  aucun cas du ver de Guinée n'a été notifié au Burkina Faso. 

Mais, en Afrique, 04 pays restent encore endémiques du ver de guinée dont le Mali ( pays frontalier avec le Burkina Faso), le Tchad, l'Ethiopie et le Soudan du Sud. 

En rappel, il n'existe aucun médicament ni vaccin contre la dracunculose. Seules des mesures de prévention basées sur l'éducation sanitaire et l'accès à l'eau potable ont permis l'éradication du ver de Guinée dans 186 pays membres de l'OMS. 

En tout, la surveillance épidémiologique et  l'éducation sanitaire doivent rester de mise, d'autant que la couverture sanitaire et l'accès à l'eau potable dans les pays du sud reste encore à désirer. Une ré-émergence et réintroduction de la drancunculose ne sont pas exclues au vu des niches dans les pays encore endémiques, et le risque éventuel de mouvements migratoires consécutifs aux forfaitures  de Boko Harem au  Tchad , les guerres fraticides en cours au Soudan du Sud. 

Dr KONATE Boureima

Pharmacien

Copyright de l'image: flickr/Yasser

La dernière fois mis à jour le 25.02.2015.

2 note(s) (4 ø)
964 Consultations
La longitud máxima de un comentario es 1000 caracteres.
Le nombre maximum de caractères pour un pseudonyme est 30.
Veuillez remplir les champs suivants.
Please insert a valid comment!
Click here and become a medical blogger!
L'article est paru le 04 août 2016 dans la revue PLOS Pathogens, et avec comme premier auteur, Hien Domonbabele, un plus...
L'adoption de ce programme de gatuité des soins, vise à réduire la mortalité maternelle et infantile au Burkina plus...
La flambée urbaine de la fièvre jaune en Angola et en République Démocratique du Congo ( RDC) est grave et plus...

Disclaimer

PR-blogs on DocCheck are sponsored blogs which are published on DocCheck by commercial providers additionally to regular userblogs. They may contain promotional statements. DocCheck is not responsible for this content.

Langue:
Suivre DocCheck: