Alimentation contre le cancer : passez la myricétine dans vos plats

09.10.2014
Share article

Comme le disait Hippocrate, « l’alimentation est la première des médecines ». Beaucoup de cancers surviennent par le biais de facteurs exogènes, dont la l’alimentation. Les aliments nous nourrissent et nous protègent contre les affections morbides. Mal utilisés, les aliments deviennent des causes et des facteurs de risques d’occurrence de pathologies.

Des propriétés antimitotique et anti-migratoire de la myricétine

Nous dévoilons ici, le potentiel d’une substance végétale, la myricétine, dans la prévention de divers cancers. Dans le N°246 du NBC, Nota bene Cancer, une nouvelle étude vient conforter une toute autre vertu de la myricétine comme potentiel candidat dans la chimioprévention du cancer de la bouche. Cette étude menée in vitro, a mis en évidence les propriétés antimitotiques et anti-métastasiques sur des cellules du carcinome épidermoïde buccale, de la myricétine et du naringénine, deux substances naturelles présentes dans plusieurs fruits. Les lignées cellulaires malignes concernées par l’étude sont le SCC-25 et le HaCaT.

La myricétine inhibe la croissance cellulaire des deux lignées, tandis que la naringénine n’agit que sur la lignée SCC-25. Cette inhibition de la prolifération anarchique induite par les deux flavonoïdes, et  qui caractérise les cellules cancéreuses, repose non sur une induction de l’apoptose cellulaire (ou mort cellulaire programmée, qui caractérise les cellules normales assurant le renouvellement cellulaire et tissulaire), mais par un blocage du cycle cellulaire en phase G0/G1 et en phase G2/M. Un test western blot montre que cette action est soutenue par la déplétion de deux sous-unités régulatrices du complexe enzymatique CDK (kinases dépendant des cyclines)  impliquées dans l’activation et la conduite du cycle cellulaire à savoir la cycline D1 (cyclines dites G1) dans SCC-25 et la cycline B1 ( cyclines dites mitotiques) dans HaCaT. A noter que les cyclines D et leurs partenaires CDK 4 et CDK 6 sont des pro-oncogènes. L’effet cellulaire des deux flavonoïdes ainsi mis en évidence est appelé effet antimitotique. Cette propriété antimitotique de la myricétine et de la naringénine va empêcher  les cellules cancéreuses de se multiplier indéfiniment et  de former par l’accroissement de la masse cellulaire, une tumeur maligne pouvant par la suite libérer des cellules cancéreuses qui vont coloniser d’autres organes.

L’étude révèle par ailleurs que la myricétine et la naringénine réduisent la mobilité des cellules cancéreuses SCC-25 et HaCaT du carcinome épidermoïde humain. Cette propriété a été évaluée sur la cicatrisation et par un test de mobilité cellulaire. Autrement dit, la myricétine et la naringénine ont le pouvoir de réduire le développement de métastases.

La myricétine, potentiel candidat dans la chimioprévention des cancers

Il ressort de cette étude préclinique que la myricétine et la naringénine possèdent deux propriétés essentielles d’approche pharmacologique pour le traitement des cancers : une activité antimitotique pour bloquer la prolifération des cellules cancéreuses (effet cytostatique), et une activité anti-migratoire pour bloquer le développement des métastases (effet anti-métastasique).

Bien avant, d’autres études avaient montré les vertus de la myricétine pour la santé, notamment la réduction du taux des LDL-cholestérol ou mauvais cholestérol (par l'augmentation de l’avidité des macrophages pour le LDL in vitro) en association avec la gossypétine; réduction de l’incidence du cancer de la prostate avec une bonne consommation de la myricétine en Finlande; et une réduction de 23% des risques de survenue du cancer du pancréas avec une association de 03 flavonoïdes myricétine, quercétine et kaempférol.

Comment bénéficier des vertus de la myricétine ?

La myricétine fait partie d’une famille de substances naturelles, appelée flavonoïdes. Les flavonoïdes sont présentes dans plusieurs fruits et légumes. Elles sont douées d’une puissante activité anti-oxydante. L’oxydation cellulaire libère des radicaux libres qui induisent une mutation des gènes cellulaires , souvent par l'activation des oncogènes. L’accumulation des radicaux libres est un facteur de risque de genèse des cancers, et surtout de vieillissement accéléré des cellules, et partant de perte accélérée de jeunesse physique.

La myricétine se trouve à l’état naturelle dans la vigne rouge, la busserole, le figuier de barbarie, le thé vert, le raison, les baies, la noix… Donc, consommer quotidiennement du vain rouge faiblement alcoolisée, du thé vert préparée par infusion et non par décoction, du jus de raison… permettrait de prévenir nombre de cancers et des maladies cardiovasculaires.

Dr KONATE Boureima

Pharmacien

Copyright de l'image : CC BY

Copyright de l'image: Steven Depolo/flickr

La dernière fois mis à jour le 20.10.2014.

8 note(s) (4.63 ø)
2370 Consultations
La longitud máxima de un comentario es 1000 caracteres.
Le nombre maximum de caractères pour un pseudonyme est 30.
Veuillez remplir les champs suivants.
Please insert a valid comment!
invité
Très intéressant, merci, il semblerait que la myricetine inhiberait la bactérie chlamydia pneumonia à l'origine des problèmes cardiaques comme l'artériosclérose...Bactérie méconnue que beaucoup de personne peuvent avoir du fait qu'elle s'attrape dans l'air...pour plus d'infos http://www.chlamydiapneumoniae.fr
#3 à 15.03.2016 de invité
  0
Merci Chère consoeur pour ces compliments. Effectivement, l'image de l'article est un peu décalée. Je veuillerai avec les infographes les prochaines fois.
#2 à 20.10.2014 de invité (invité)
  0
merci Dr Konate Boureima ! vos articles sont clairs, précis et d'actualité pour celui-ci juste dommage pour la photo: on aurait pu mettre une grappe de raisin... Qu'importe, vous avez atteint votre but: nous éveiller, nous rappeler à la valeur de la diététique.
#1 à 20.10.2014 de cendrina carole collet-le blan (Médecin)
  0
Click here and become a medical blogger!
L’exploitation optimale de cette plante médicinale et alimentaire, qualifiée « d’Or vert », pourrait plus...
L'article est paru le 04 août 2016 dans la revue PLOS Pathogens, et avec comme premier auteur, Hien Domonbabele, un plus...
L'adoption de ce programme de gatuité des soins, vise à réduire la mortalité maternelle et infantile au Burkina plus...

Disclaimer

PR-blogs on DocCheck are sponsored blogs which are published on DocCheck by commercial providers additionally to regular userblogs. They may contain promotional statements. DocCheck is not responsible for this content.

Langue:
Suivre DocCheck: