Sulfadoxine – Pyriméthamine dans le TPIp : les nouvelles directives OMS

02.04.2014
Share article

Le paludisme gestationnel reste un problème majeur de santé publique à l’origine de risques considérables pour la mère, le fœtus ou le nouveau-né. Pour prévenir le paludisme placentaire, un traitement préventif intermittent pour le paludisme lors de la grossesse (TPIp) a été validé par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Ce traitement présomptif utilise la combinaison SP, Sulfadoxine/Pyriméthamine, à administrer tout au long de la grossesse selon un protocole évolutif au gré des nouvelles données de recherches clinico-thérapeutiques.

En janvier 2014, l’OMS a mis à jour le protocole du traitement préventif intermittent pour le paludisme lors de la grossesse à la Sulfadoxine- Pyriméthamine (TPIp-SP) suite aux résultats de sept méta-analyses évaluant le TPIp-SP d’une part, d’autre sur le constat que les personnels soignant manquent de rigueur à mettre à niveau les recommandations précédentes et, des fois règne une confusion totale quant à l’administration du SP au cours de la grossesse.

Les sept méta-analyses révèlent que Trois doses ou plus de TPIp-SP induisent une élévation du poids moyen à la naissance, et par la même la réduction de nombre de nouveau-né de faible poids, se situant à 20% (intervalle de confiance 95% : 6-31). Ces résultats sont significativement plus importants qu’avec les deux doses de SP précédemment recommandées dans le traitement présomptif intermittent du paludisme placentaire.

Ce qui suppose, comme vu dans les études, une moindre fréquence du paludisme gestationnel avec l’administration de trois doses ou plus de SP qu’avec deux doses. Il a été par ailleurs noté, qu’aucune variation significative des effets indésirables n’est notable entre les deux doses de SP et les trois ou plus aujourd’hui recommandées.

La mis à jour des protocoles nationaux devant suivre, le ministère de la santé du Burkina Faso, à travers le programme national de lutte contre le paludisme(PNLP), a organisé à cet effet avec l’appui de hpiego dans le cadre du projet Improving Malaria Care (IMC) sur financement de l' USAID , un atelier de révision des directives et modules de formation sur la prise en charge du paludisme, session qui s’est tenue du 03 au 07 mars à Koudougou.

Le protocole TPIp-SP révisé recommande désormais tel que indiqué par l’OMS :

Des contre-indications sont à observer, notamment l’administration du SP :

Même si l’OMS se refuse de donner un nombre limite inférieur ou supérieur de doses usuelles du SP à administrer, prétendant que cela puisse devenir un objectif programmatique pour les pays de la zone OMS AFRO, un minimum de trois doses espacées d’au moins 1 mois, reste pratique au vu des résultats des méta-analyses qui ont prouvé l’efficacité des trois doses ou plus par rapport aux deux doses précédemment recommandées par les directives OMS.  

En l’absence de données probant pouvant justifier l’interruption du TPIp-SP, l’OMS recommande aux pays africains de continuer le TPIp-SP jusqu’à la validation de nouvelles orientations. Toutefois, la dernière dose du SP peut être administré jusqu’au moment de l’accouchement sans prévalence d’un risque de sécurité, notamment l’ictère nucléaire.

La généralisation de ces recommandations du TPIp-SP en dehors de l’Afrique n’est pas encore justifiée en raison de l’absence de preuves suffisantes.

La TPIp-SP a contribué en la baisse notable des cas de paludisme gestationnel dans les pays où l’observance du TPIp-SP fût bonne.

En terme d’économie de santé et de sécurité sanitaire, l’OMS dit n’avoir de données probantes quant au niveau d’endémicité de paludisme en dessous duquel les risques et coût du TPIp-SP l’emportent sur ses avantages, ni à quel moment il convient d’interrompre le TPIp-SP.

Du fait des fluctuations naturelles de l’incidence du paludisme d’une année à l’autre, du faible coût du SP, de la bonne tolérance du SP et des défis liés à sa réintroduction s’il venait à être retiré, l’OMS recommande vivement les pays à agir avec circonspection, et les invite à patienter d’éventuelles mises à jour en l’occurrence.

Dans l’optique de prévenir les résistances à la SP, de garantir l’efficacité du SP, et d’assurer une meilleure disponibilité et accessibilité au SP, l’OMS recommande d’éviter toute utilisation du SP dans la monothérapie des cas de paludisme, de réserver exclusivement le SP dans le TPIp-SP, de disponibiliser le SP dans toutes les cliniques de consultations prénatales. La dispensation du SP dans les officines de pharmacie a été vivement mise en garde, car ne peut assurer l’exclusivité de l’utilisation du SP pour le TPIp, ni ne puisse assurer une meilleure observance du TPIp-SP.

En dépit de l’émergence de la résistance du plasmodium falciparum au SP due à une quintuple ou sextuple mutation génique, à l’origine d’échec thérapeutique à la SP in vivo, de récentes études montrent l’efficacité du SP dans le TPIp-SP même dans les pays à fort taux de mutants résistant de P.falciparum. Par conséquent, l’OMS recommande le TPIp-SP dans ces régions.

Du reste, les experts de l’OMS avertissent que le TPIp-SP ne peut être substitué à l’utilisation des moustiquaires imprégnées d’insecticides tout au long de la grossesse, ainsi qu’au cours du postpartum.

Les avantages escomptés du TPIp-SP sont importants à plus d’un titre :

Le TPIp-S prévient les conséquences indésirables du paludisme sur l’issue de la grossesse pour la mère et le fœtus et le nouveau-né, le paludisme placentaire (interaction hématie parasité et le chondroïtine sulfate A des cellules placentaires), le paludisme clinique, l’anémie maternelle, l’anémie fœtale, le faible poids à la naissance (réduction de 21 % des cas de faible poids à la naissance) et la mortalité néonatale (efficacité protectrice de 18 %).

 

Dr KONATE Boureima

Pharmacien

Sources :

(1) Document d’orientation en matière de politiques de l’OMS :Traitement préventif intermittent pour le paludisme lors de la grossesse la sulfadoxine-pyrimethamine – TPIp-SP. Avril 2013 (révisé janvier 2014).

(2) Inserm. Science et Santé, n°13, Mars - Avril 2013, page 7.

Copyright de l'image: TipsTimesAdmin / flickr / tipstimes.com/pregnancy

La dernière fois mis à jour le 20.05.2014.

5 note(s) (3.6 ø)
3479 Consultations
Médecine, Pharmaceutique
La longitud máxima de un comentario es 1000 caracteres.
Le nombre maximum de caractères pour un pseudonyme est 30.
Veuillez remplir les champs suivants.
Please insert a valid comment!
invité
C'est vraiment très intéressant ce rapport. Grand merci.
#3 Il y a 41 jours de invité
  0
Bien recu Dr. Merci
#2 à 20.05.2014 de invité (invité)
  0
CAMARA Kikoun P
Très intéressant à savoir, merci pour ce rapport.
#1 à 20.05.2014 de CAMARA Kikoun P (invité)
  0
Click here and become a medical blogger!
L’exploitation optimale de cette plante médicinale et alimentaire, qualifiée « d’Or vert », pourrait plus...
L'article est paru le 04 août 2016 dans la revue PLOS Pathogens, et avec comme premier auteur, Hien Domonbabele, un plus...
L'adoption de ce programme de gatuité des soins, vise à réduire la mortalité maternelle et infantile au Burkina plus...

Disclaimer

PR-blogs on DocCheck are sponsored blogs which are published on DocCheck by commercial providers additionally to regular userblogs. They may contain promotional statements. DocCheck is not responsible for this content.

Langue:
Suivre DocCheck: