Enfants de soldat : Stress dans la chambre d’enfant

5. janvier 2012
Share article

Les enfants dont les parents sont soldats en zone de guerre, montrent une accumulation de caractères psychiques marquants. En premier lieu, on trouve des réactions aigües au stress, mais également des syndromes d'adaptation, conséquence de stress continuels. Cela put ainsi devenir l'objet d'une étude.

Les enfants dont les parents sont des soldats en zone de guerre, montrent une accumulation de caractères psychiques marquants. En premier lieu, on trouve des réactions aigües au stress, mais également des syndromes d’adaptation, conséquence de stress continuels. En deuxième et troisième places, ils présentent des dépressions et des problèmes de comportements. Ces constatations ont été rapportées par Alyssa J. Mansfield et ses collègues de l’University of North Carolina, USA.

Jusqu´en troisième génération…

Ce résultat est captivant eu égard aux discussions actuelles sur les conséquences tardives de la deuxième guerre mondiale. L’auteur Sabine Bode de Cologne décrit dans ses livres « Kriegskinder » (« enfants de la guerre »), « Kriegsenkel“ (« héritiers de la guerre ») et « Nachkriegskinder“(« enfants d´après-guerre »), comment les conséquences de la guerre se font sentir dans les familles jusqu’à la troisième génération. Elle explique au moyen de nombreuses biographies comment des enfants peuvent être traumatisés, bien qu’eux-mêmes n’aient pas vécu la guerre. Les parents qui sont psychiquement accaparés par leurs propres expériences traumatisantes, ne peuvent pas suffisamment s’occuper des besoins émotionnels de leurs enfants.

Bode montre dans ses livres, à quel point même les petits-enfants de la guerre développent encore des dépressions et des troubles relationnels, bien que la guerre elle-même semble presque oubliée. Dans ce modèle, le nombre des enfants qui, devenus adultes, se détournent complètement de leurs parents, semble être élevé. Par exemple, le groupe de soutien verlassene-eltern.de est en croissance constante. Les plaintes se répètent : les parents disent qu’ils ont tout donné et que leurs enfants ont grandi sains et saufs. Au contraire, les enfants expliquent l’impact de la violence dans l’éducation et les importants franchissements de limite des parents. Entre parents et enfants, il y a un manque de communication.

Le psychanalyste Werner Bohleber décrit également comment des traumatismes peuvent être transmis à l’inconscient : les enfants de parents traumatisés peuvent se projeter dans l’inconscient de leurs parents et ressentir les peurs des expériences refoulées.

Plus la mère « fonctionne bien psychiquement », plus l’enfant est sain

Nathaniel Laor de l’Université de Tel Aviv montra déjà en 2001 comment les émotions des enfants dépendent particulièrement du « fonctionnement » de la mère. Ils analysèrent, dans le cadre d’une étude de suivi, 81 enfants de 8-10 ans qui avaient vécu l’attaque des missiles SCUD sur Israël et qui eurent leurs maisons détruites cinq ans auparavant, pendant la guerre du Golfe. Les auteurs ont prouvé que les troubles psychiques comme par exemple les troubles de stress post-traumatique dépendirent fortement de la cohésion familiale et du fonctionnement psychique de la mère. Plus la mère était émotionnellement disponible pour les enfants, plus les troubles de stress post-traumatique diminuaient.
Les résultats expliquent clairement comment les expériences et les émotions des parents influencent fortement la santé psychique des enfants. Les spécialistes qui s’occupent de patients traumatisés, devraient ainsi toujours avoir un œil sur les enfants.

4 note(s) (3.5 ø)
Non classé

Comments are exhausted yet.

1 commentaire:

De la Génétique de l’inconscient! De l’épigénétique? Dans les sociétés africaines, il revient souvent dans les dialogues que les mauvais caratères se transmettent des parents aux enfant. Ainsi on peut remarquer qu’un père coureur de juppon aura une progéniture pareille, une mère colérique, ou à la langue de vipère a au moins un enfant de sa progéniture à son image.
Je suis d’autant ravi de cet article du Dr. Voos,qu’il ya une année je faisais le lien entre la gurerre et ses conséquences psychosociales avec un ami: je lui faisait la remarque suivante  » la plupart des étudiants des étudiants libériens et siéra léonnais que nous connaissons ,sont brutaux, nerveux et belliqueux » tandis que il rare de trouver un étudiant natif d’un pays profondément corrompu digne de confiance »
j’ajoute qu’à la tendre enfance, les enfant adorent imiter les comportements de leur parents et finissent par les gardés!

#1 |
  0


Langue:
Suivre DocCheck: