Cancer du côlon : dépistage par analyse de sang

18. avril 2013
Share article

Pour l’instant, le dépistage du cancer colorectal par un test sanguin reste de la science-fiction. Mais les chercheurs ont découvert des marqueurs pour lesquels une mise en œuvre semble possible.

Le dépistage du cancer est un outil important. Les assurés sociaux ont droit aux prestations de dépistage – mais trop peu les utilisent. En ce qui concerne la coloscopie effectuée à titre de prestation légale de dépistage et qui peut être répétée au bout de dix ans, à partir de 55 ans, seulement 20 pour cent des citoyens allemands qui y ont droit la réalisent. Si le dépistage du cancer colorectal était possible avec un test sanguin, le taux de participation serait probablement différent. De la science-fiction ? Effectivement. Mais les scientifiques de la Charité et de l’Institut Max Planck pour la génétique moléculaire à Berlin ont, d’après leurs derniers résultats, cette possibilité à l’esprit.

Découverte de marqueurs moléculaires pour le cancer colorectal

« Nous avons pu identifier dans un modèle murin de cancer du côlon, un motif conservé d’environ 13 000 changements épigénétiques permettant de différencier les cellules cancéreuses des cellules saines. Ces changements furent observés chez des souris très jeunes dont le gène APC, un suppresseur de tumeur, est défectueux », explique Markus Morkel, responsable de l’étude. Cela signifie que cette mutation entraîne des modifications épigénétiques. Ces modifications ont un rôle sur la progression du cancer qui n’est pas nécessairement fonctionnel, mais les chercheurs constatèrent qu’une grande partie de ces changements est aussi rencontrée dans des tissus du cancer du côlon humain. Ces modèles semblent être très conservés au cours de l’évolution, ce qui est important pour un marqueur.

Reconnaître avant que le cancer ne se développe ?

Armé de cet ensemble de marqueurs pour les cellules cancéreuses, les scientifiques autour du Dr Morkel cherchèrent des indices dans le sang. Comme les cellules tumorales se divisent non seulement de manière incontrôlée, mais entrent aussi en apoptose de manière incontrôlée, il y a beaucoup d’ADN tumoral circulant dans le sang. Il pourrait donc être possible de trouver des changements épigénétiques sous la forme de groupes méthyle qui y seront attachés. La prochaine étape sur la voie d’une possibilité d’un test facile à mettre en œuvre doit maintenant être de savoir si des modifications épigénétiques de l’ADN dans le sang des patients atteints de cancer sont détectées.

Ensuite, les scientifiques vont tester si la détection positive peut être progressivement utilisée encore plus tôt. Puisque les changements épigénétiques dans le cancer du côlon sont dus à la mutation initiale dans APC, un gène de la voie de signalisation Wnt/beta-caténine, les changements devraient donc être détectables à un moment où les lésions précancéreuses peuvent être facilement retirées du côlon à un stade précoce – une condition importante pour un examen préalable.

Epigénétique et cancer – une combinaison prometteuse

Dans d’autres cancers, des recherches sur les motifs épigénétiques sont en cours. Dans le cancer de l’estomac, des motifs dans des tumeurs et des lignées cellulaires qui permettent de distinguer les variants agressifs de ceux moins agressifs purent être trouvés. En outre, les scientifiques essaient d’utiliser des processus épigénétiques pour les thérapies anti-cancéreuses. Dans le cancer du sein, du foie et du rein, une enzyme du groupe des histones deactyletransférases (HDAC11) se charge des modifications épigénétiques. Dans les tissus sains, l’enzyme, cependant, semble jouer un rôle important. Par conséquent, les chercheurs du centre allemand de recherche sur le cancer à Heidelberg souhaitent que, avec l’aide de la suppression ciblée de l’HDAC11, les cellules cancéreuses puissent être désactivées de manière sélective, ce qui a déjà fonctionné dans des expériences sur culture cellulaire.

Peu importe que la méthode soit utilisée pour la détection précoce du cancer ou son traitement – il semble y avoir un grand potentiel dans l’épigénétique. Nous pourrons suivre attentivement les tendances qui vont émerger dans les années à venir.

7 note(s) (3.29 ø)
Médecine, Oncologie

Comments are exhausted yet.

1 commentaire:

Techniques de dépistage et de diagnostic moins invasifs, c’est ce que nous espérons davantage.La coloscopie en soit présente assez risque pour le patient.Un test sanguin pour la détection du cancer du côlon sera un progrès important.

#1 |
  0
Langue:
Suivre DocCheck: