Les chats protègent de l’asthme

9. janvier 2018
Share article

L'exposition aux chats durant la petite enfance réduit le risque d'asthme jusqu'à 80% chez les enfants présentant un risque génétique important d'après une étude à long terme danoise. Par contre, vivre avec un chien n'a pas eu d'effet positif.

L’asthme bronchique est l’une des maladies infantiles chroniques les plus courantes. Les chercheurs n’ont pas encore complètement découvert les causes de cette maladie respiratoire chronique. Il a été démontré, cependant, que les facteurs génétiques et les facteurs environnementaux dans la petite enfance sont essentiels dans le développement de l’asthme. Des médecins danois ont ainsi examiné l’influence des animaux de compagnie en tant que facteur environnemental sur le risque d’asthme chez les enfants.

Focus sur la région chromosomique 17q21

L’étude, publiée dans le Journal of Allergy and Clinical Immunology, est basée sur les données de 377 enfants dont les mères avaient déjà de l’asthme. Un test génétique a montré un risque génétique d’asthme important chez 109 des enfants examinés. Pour cela, ils ont analysé un changement dans le segment chromosomique 17q21, qui est associé à une forte probabilité d’asthme au cours de la première année de vie.

Sur les 377 enfants de l’étude, 281 ont grandi sans animal de compagnie. Tous les autres ont eu des contacts avec des chats, des chiens ou les deux espèces pendant leur enfance.

Afin d’évaluer l’intensité du contact avec l’animal de compagnie, les médecins ont également prélevé des échantillons de poussières dans les lits et les ont utilisés pour déterminer la quantité d’allergènes animaux à laquelle l’enfant a été exposé. Dans l’étude, les enfants ont été examinés à intervalles réguliers de six mois à partir de leur premier mois de vie jusqu’à leur septième année de vie. Par la suite, les enfants ont été observés jusqu’à l’âge de 12 ans.

Les allergènes de chat dans la literie protègent les enfants

Au total, l’asthme bronchique a été détecté chez 85 enfants au cours de l’étude. Il était frappant de constater que les enfants qui avaient grandi avec un animal de compagnie avaient une diminution jusqu’à 80% du risque par rapport aux autres enfants. Avec des niveaux élevés d’allergènes de chat dans la literie des enfants, le risque d’asthme était seulement d’environ 20 pour cent, alors qu’il était beaucoup plus élevé à des niveaux d’allergènes inférieurs, parfois deux fois plus élevé. Chez les enfants sans marqueur génétique d’un risque important d’asthme, aucune association entre la maladie et la présence d’animaux de compagnie n’a pu être trouvée.

En outre, la probabilité d’une maladie pulmonaire, telle que la bronchiolite, et l’apparition de symptômes asthmatiques au cours des trois premières années de vie des enfants étaient plus faibles à des niveaux d’allergènes plus élevés. Chez les enfants sans marqueur génétique d’un risque important d’asthme, aucune association entre la maladie et la présence d’animaux de compagnie n’a pu être trouvée. En cas de coexistence avec les chiens, les scientifiques n’ont trouvé aucun lien dans ce contexte.

Nouvelles perspetcives

Les résultats suggèrent que vivre avec des petits félins pour les enfants qui ont un risque génétiquement important d’asthme agit comme un mécanisme de protection.

Scientifiquement, on ne sait pas encore exactement comment ce mécanisme fonctionne. Une hypothèse évidente est que les allergènes du chat agissent sur le système immunitaire de sorte qu’il est capable de mieux se défendre contre les infections pulmonaires et protège mieux contre l’athme.

Sur la base de ces résultats, une thérapie avec un allergène de chat pur serait envisageable dans un avenir proche, comme c’est déjà le cas dans le domaine de l’hyposensibilisation pour la réduction des allergies aux poils d’animaux. La condition préalable à cela serait que d’autres études clarifient le mécanisme d’action exact des allergènes animaux sur le système immunitaire d’un bébé.

1 note(s) (2 ø)

Comments are exhausted yet.

1 commentaire:

medecin André Hartman
medecin André Hartman

Chat alors!!

#1 |
  0


Langue:
Suivre DocCheck: