Diabète : le régime mieux que les injections ?

18. avril 2017

Un régime spécifique soignerait-il les diabètes de type 1 et de type 2 ? Cette hypothèse a été émise par des biologistes cellulaires à partir d’une étude animale. Ils considèrent que leurs résultats sont intéressants pour la médecine humaine en dépit des questions qui restent ouvertes.

Le jeûne intermittent prolonge l’espérance de vie des rongeurs. Les scientifiques avaient eu cette idée il y a déjà plusieurs années. Un groupe de recherche dirigé par Valter D. Longo, Los Angeles, a montré à quel point les effets sur le métabolisme sont complexes.

Stimuler la régénération des cellules bêta

Ce scientifique a travaillé avec des modèles de souris pour le diabète de type 1 et de type 2. Ses animaux ont suivi pendant quatre jours un régime « imitant le jeûne » faible en calories, protéines et hydrates de carbone, mais avec un pourcentage élevé d’acides gras insaturés. D’autres souris diabétiques ont été nourries normalement.

Longo a observé un taux plus faible de glucose sanguin chez les rongeurs du groupe d’intervention. L’une des raisons serait, pour lui, la régulation positive des gènes Sox17 et Ngn3. Les cellules produisant la Neurogénine 3 (Ngn3 +) sont alors activées, et les cellules bêta produisant de l’insuline dans le pancréas sont régénérées.

170418_Diabetes_T1

Un régime imitant le jeûne active divers gènes. Cela conduit à la régénération des cellules bêta. © Cheng et al./Cell 2017 par EurekAlert

 

Dans une autre étude, Longo a rapporté des résultats obtenus sur 71 volontaires. Ils ont suivi deux types de régimes : soit pendant trois mois, cinq jours par mois, un régime imitant le jeûne (Fasting Mimicking Diet – FMD) soit un régime alimentaire normal avec changement ultérieur de groupe alimentaire.

Durant le FMD, le poids, l’IMC, la graisse corporelle et le tour de taille ont diminué. Dans le sang, des niveaux plus faibles du facteur de croissance analogue à l’insuline IGF-1 ont été mesurés.

De nombreux arguments jouent en faveur du jeûne intermittent. Mais il y a aussi des intérêts commerciaux : Valter Longo fait partie de L-Nutra, une entreprise qui offre divers régimes. Une raison suffisante pour jeter un regard critique sur ces données.

Reprogrammation des cellules du pancréas endocrine

170418_Diabetes_Susanne

Professeur Dr. Susanne Klaus. © DIfE

« Cette étude récente montre qu’il est possible de stimuler la régénération des cellules bêta productrices d’insuline dans le pancréas dans divers modèles de souris diabétiques grâce à des cycles de régime imitant le jeûne, apparemment grâce à la reprogrammation des cellules du pancréas endocrine », explique le professeur Dr. Susanne Klaus. Elle est à la tête du groupe de travail de physiologie du métabolisme énergétique à l’Institut allemand de nutrition humaine (DIfE), Potsdam-Rehbrücke. « De manière intéressante, les cellules du pancréas chez les souris déjà diabétiques étaient capables de produire à nouveau des cellules productrices d’insuline. » Il ne s’agit donc pas d’une action préventive ou qui ralentit la maladie.

Klaus peut difficilement évaluer si le potentiel de régénération est présent dans le diabète de type 1. « Même si tel est le cas, il est difficile de savoir si ces mécanismes de régénération seraient plus forts que ceux qui provoquent la destruction des cellules bêta. »

Elle s’attend à ce que cette méthode fonctionne mieux chez les diabétiques de type 2. Il reste à savoir si cet effet persiste après l’achèvement de ce régime alimentaire complexe et combien de temps il dure. Elle voit néanmoins une approche pour de nouvelles thérapies basées sur la détection de la régénération des cellules bêta.

Dans une certaine mesure transférable à l’homme

Prof. Hans Hauner; Direktor der Klinik fuer Ernaehrungsmedizin; Foto: Eckert / Heddergott TU Muenchen; Verwendung frei fuer die Berichterstattung ueber die TU Muenchen unter Nennung des Copyrights

Le professeur Hans Hauner. © TUM

Le professeur Hans Hauner, directeur du Département d’alimentation de l’Université technique de Munich, a également confirmé que les périodes de jeûne stimulent la régénération des cellules bêta. « Dans une certaine mesure, cela pourrait être transféré à la situation humaine. Ainsi, ces résultats indiqueraient qu’un tel régime favoriserait effectivement la régénération des cellules bêta chez les patients atteints de diabète de type 1 ou de type 2 et ferait ainsi sensiblement disparaître le manque d’insuline ou tout au moins l’atténuerait. » Dans ce contexte, Hauner souhaite un essai clinique chez les patients atteints de diabète de type 1 ou de type 2.

L’étude doit également indiquer si d’autres formes de restrictions caloriques sévères ont des effets similaires. Son commentaire est justifié. Sen effet, selon d’anciennes publications, notre corps réagit par d’autres mécanismes en cas de privation de nourriture.

Le foie perd son gras

Adam J. Rose du Centre de recherche allemand sur le cancer (DKFZ) à Heidelberg a trouvé avec des collègues que renoncer à la nourriture affecte la transcription d’un gène codant pour GADD45β. Le stress causé par le jeûne sur les cellules du foie semble stimuler la biosynthèse. Les souris dépourvues de ce gène ont une légère cirrhose. Lorsque la protéine leur est administrée, la teneur en matière grasse du foie se normalise et le métabolisme du glucose s’améliore. Une question centrale demeure : les effets positifs de la privation de nourriture pourraient-ils être imités par des médicaments ?

2 note(s) (5 ø)

Comments are exhausted yet.

2 commentaires:

Dr.FOUALI
Dr.FOUALI

Il a dit, Paix et Prière sur lui,ne fait que de mal celui qui remplit son ventre
quelques bouchées suffisent pour calmer sa faim et s’il le faut ménagez un tiers pour la nourriture,un tiers pour le liquide et un tiers de l’estomac pour l’air.
Mes hommages ma soeur.
Mes hommages à nos consoeurs et confrères.

#2 |
  0
Dr farida ousadane
Dr farida ousadane

Je voudrais citer ce que le prophète MOHAMED a dit á propos de cela:  » Jeûnez et vous serez en bonne santé »

#1 |
  3


Copyright © 2018 DocCheck Medical Services GmbH
Langue:
Suivre DocCheck: