Otite moyenne : un super antibiogel ?

29. novembre 2016
Share article

L’otite moyenne est souvent traitée chez les nourrissons et les jeunes enfants avec des antibiotiques. Cependant, les effets secondaires et la longue durée du traitement nuisent à l’observance. Mais un hydrogel qui en cas de maladie sera appliqué en une seule fois sur le tympan est sur le point de changer cela.

En général, tout commence par le nez qui coule, des éternuements et des maux de tête. L’infection virale peut alors être suivie par une douleur à l’oreille soudaine et forte, une sensation de pression dans l’oreille, l’accumulation de liquide dans l’oreille moyenne, de la fièvre et un mauvais état de santé général. 80 pour cent des infections de l’oreille moyenne sont la conséquence de virus ayant migré. Depuis le nasopharynx, ils atteignent l’oreille moyenne par l’intermédiaire de la trompe d’Eustache. De plus, une infection virale créant des troubles de la ventilation provoque une pression négative dans l’oreille moyenne. Ce n’est que dans un cas de maladie sur cinq que le déclencheur est une bactérie pathogène. L’otite moyenne est l’une des maladies les plus courantes chez les nourrissons et les jeunes enfants.

Le pic de la maladie a lieu entre les sixième et 18ème mois. Jusqu’à l’âge de sept ans, chaque enfant a en moyenne eu une fois une otite aiguë moyenne. La raison de cette incidence élevée est que la trompe d’Eustache est plus vulnérable durant cette période. Chez les jeunes enfants, elle est plus courte, et l’espace nasopharyngé est plus haut que chez l’adulte.

Quand les antibiotiques sont-ils utiles ?

Actuellement, il n’existe pas de ligne directrice pour le traitement de l’otite aiguë moyenne en Allemagne. A titre indicatif, la ligne directrice américaine de l’American Academy of Pediatrics est utilisée. Selon cette dernière, l’utilisation d’un antibiotique chez les enfants de plus de six mois sans maladie sous-jacente pour une otite moyenne unilatérale non-compliquée est inutile.

Dans un premier temps, la prise en charge peut consister en l’utilisation de gouttes nasales décongestionnantes et d’analgésiques. Dans le cas d’une otite moyenne unilatérale non compliquée, selon les lignes directrices, un antibiotique ne devrait être prescrit que pour les enfants de moins de six mois (recommandation de grade B). Si les deux oreilles sont touchées, cette limite est remontée à 2 ans.

Une douleur à l’oreille modérée à forte, une fièvre supérieure à 39 °C, un écoulement purulent persistant de l’oreille, des facteurs de risque tels que la trisomie 21 ou une fente labiopalatinale et une douleur persistante pendant au moins 48 heures, sont autant indications pour une thérapie par antibiotiques. Comme premier choix, la ligne directrice recommande l’amoxicilline. Les enfants de moins de 24 mois doivent suivre cette thérapie pendant 10 jours, chez des enfants plus âgés, cinq à sept jours de thérapie sont suffisants.

Mais, en particulier chez les jeunes enfants, la prise d’antibiotiques pendant plusieurs jours reste un défi. La longue durée du traitement et la mauvaise observance peut nuire à l’efficacité de la thérapie et favoriser l’émergence de résistances aux antibiotiques. En outre, les enfants souffrent souvent d’effets secondaires tels que vomissements, diarrhées et réactions cutanées. Daniel Kohane et ses collègues du Boston Medical Center et du Boston Children’s Hospital ont récemment mis au point un hydrogel qui permet de minimiser à la fois les effets secondaires, le risque de résistance aux antibiotiques et la durée du traitement.

Le gel est constitué de polymères, de ciprofloxacine et de trois amplificateurs de perméation

En raison de son large spectre d’activité, les scientifiques ont décidé de réaliser leurs expériences avec l’antibiotique ciprofloxacine. Cependant, la ciprofloxacine, comme beaucoup d’autres médicaments, ne pénètre pas la membrane tympanique et ne peut donc pas être utilisée seule, par exemple sous la forme de gouttes pour les oreilles, l’équipe a donc eu besoin d’autres substances : la bupivacaïne, un anesthésique local, (0,5 pour cent), le laurylsulfate de sodium (un pour cent) et le terpène limonène (deux pour cent).

Ces trois substances (amplificateurs de perméation) rendent le tympan perméable, donc environ quatre fois plus de ciprofloxacine (solution à un pour cent) passent à travers. Le troisième composant, l’hydrogel est constitué d’un mélange de polymères. Il forme un dépôt stable à partir duquel l’antibiotique est libéré pendant sept jours. Pour être en mesure d’appliquer le gel sur le tympan, il doit être liquide dans un premier temps. Une fois déposé dans l’oreille, il se fixe et forme un gel. Le polymère ne doit pas être enlevé, en effet, il se décompose en l’espace de trois semaines.

161129_Antibiotika_Hydrogel

L’hydrogel avec l’antibiotique est déposé directement sur la membrane du tympan. © Kohane Groupe, Boston Children’s Hospital

Taux de guérison de 100 pour cent

Les chercheurs ont testé leur nouvel hydrogel sur des chinchillas. Pour cela, ils ont inoculé aux animaux des bactéries Haemophilus influenzae directement dans les oreilles. Les chercheurs ont ensuite divisé les animaux en trois groupes : le groupe de contrôle n’a pas été traité, le groupe « Solution » a reçu l’antibiotique ciprofloxacine administré en solution à 1 pour cent et le groupe « Hydrogel » a reçu le mélange de gel-ciprofloxacine-amplificateurs de perméation directement dans les oreilles. Contrairement au groupe témoin non traité, dans lequel tous les animaux souffraient toujours d’une otite moyenne après une semaine, 60 pour cent des animaux étaient en bonne santé dans le groupe « Solution ». Selon les auteurs, la raison pour laquelle l’antibiotique seul a pu traverser la membrane tympanique est que les tympans infectés sont environ cinq à trente fois plus perméables aux médicaments. Et cela bien qu’ils soient cinq fois plus épais que les tympans « sains ». Quoi qu’il en soit un taux de guérison d’environ 60 pour cent n’est pas satisfaisant. En outre, le tympan humain étant environ dix fois plus épais que celui des chinchillas, il est très probable que moins d’antibiotiques parviendront à le traverser.

Si les scientifiques avaient traité les chinchillas avec l’hydrogel, l’infection avait disparu dans les 24 heures chez tous les animaux. D’autres essais ont montré que la concentration de ciprofloxacine, même une semaine après l’application, est toujours supérieure à la concentration minimale inhibitrice. La concentration minimale inhibitrice est la plus petite quantité d’ingrédient actif qui empêche la prolifération de germes pathogènes. Aucun des animaux n’a eu de rechute.

Si l’antibiotique a été appliqué sans hydrogel dans les oreilles, le médicament n’était plus détectable après seulement trois jours. Le test d’audition réalisé après la pose a montré que l’hydrogel ne crée qu’une faible déficience auditive, comparable à l’effet de la cire dans les oreilles. Après environ trois semaines, le gel est désagrégé et l’audition redevient alors normale selon les auteurs.

Qu’en est-il de la toxicité ?

Les amplificateurs de perméation sont utilisés pour rendre le stratum corneum du tympan perméable. Selon les chercheurs, la combinaison particulière de bupivacaïne, lauryl sulfate de sodium et de limonène n’est cependant, pas nuisible. Comme les tests l’ont montré, bien que la ciprofloxacine et les trois amplificateurs de perméation augmentent la cytotoxicité in vitro, les chinchillas ont bien toléré la substance : les tympans qui ont été retirés sept jours après le traitement ont une épaisseur similaire à celle des individus en bonne santé et ne présentaient aucun tissu lésé, aucune nécrose ou cellules inflammatoires.

Selon les chercheurs, les trois amplificateurs de perméation ont été approuvés par la Food and Drug Administration (FDA) comme adjuvants et le polymère a été légèrement modifié de manière chimique par une substance qui a déjà été approuvée par la FDA. Par la suite, les chercheurs veulent étudier si l’hydrogel a des effets secondaires potentiels.

Possibilité de minimiser la résistance aux antimicrobiens

« L’hydrogel est biocompatible avec l’oreille. La ciprofloxacine n’a pas pu être détectée en systémique (dans le sang), ce qui confirme l’administration locale du médicament », écrivent les auteurs dans leur étude. « Cet hydrogel avec pouvoir gélifiant rapide pourrait améliorer l’observance, réduire les effets secondaires et empêcher la distribution systémique d’antibiotiques dans le cadre de l’une des maladies infantiles les plus courantes. Cela pourrait ainsi minimiser le développement de la résistance aux antimicrobiens ».

Pour une utilisation chez les bébés et les tout-petits, un gel légèrement plus fluide, par exemple sous la forme de gouttes auriculaires, serait souhaitable. En effet, au cours de l’étude, les animaux devaient d’abord être sédatés avant que les scientifiques ne pussent appliquer le gel en utilisant un cathéter au niveau du tympan. Il reste aussi à montrer que le mélange d’hydrogel, d’ « amplificateurs de perméation » et d’antibiotiques peut être utilisé dans le traitement de l’otite moyenne. Enfin, les antibiotiques locaux ont également l’inconvénient de créer une potentielle sensibilisation et pourraient, par exemple, provoquer un eczéma de contact allergique dans le conduit auditif. Mais les auteurs croient en leur méthode, et ont déjà temporairement breveté leurs résultats.

Publication originale :

Treatment of otitis media by transtympanic delivery of antibiotics
Yang et al.; Science Translational Medicine, doi: 10.1126/scitranslmed.aaf4363

5 note(s) (4.6 ø)

Comments are exhausted yet.

1 commentaire:

GUY BEGUIN
GUY BEGUIN

Bonjour, c’est intéressant.
Je trouve étonnant le choix de l’Heamophilus, car jusqu’à 24-30 mois c’est surtout le Pneumocoque qui est majoritaire dans les otites aiguës !?

Merci pour l’article. Meilleures salutations

Guy

#1 |
  1
Langue:
Suivre DocCheck: