Aveugles aux sentiments

24. septembre 2007
Share article

Ils ne ressentent ni bonheur ni peine - n'éprouvent ni jalousie ni haine - ils ne savent pas ce que c'est que d'être amoureux - Des hommes dont la perception sentimentale est bloquée. La science nomme cette maladie l'Alexithymie, "l'aveuglement aux sentiments humains". Selon une étude des universités de Leipzig et de Düsseldorf, une personne sur dix est aveugle aux sentiments.

L'Alexithymie est une impuissance à véritablement éprouver et décrire des sentiments et à les distinguer de séquelles corporelles dûes à une expérience éprouvante. En résumé : un accès déréglé à sa propre expérience émotionnelle.

Que ce soit la colère, la joie, la tristesse, le bonheur, la haine, un sentiment positif ou négatif : les personnes atteintes d'Alexithymie ne peuvent ni les identifier, ni les nommer. Ils sont comme des sourds dans une salle de concert… "Ces personnes parlent de sentiments de la même manière que des daltoniens parlent de couleurs" a déclaré le Professeur Matthias Franz, neurologue et psychosomaticien de l'université Heinrich-Heine de Düsseldorf . Il s'intéresse plus particulièrement aux phénomènes provoquant une marginalisation sociale rapide : il n'y a guère d'autres dérèglements psychologiques qui rendent l'entente humaine aussi difficile que l'aveuglement aux sentiments.

Un analphabétisme émotionnel

La porte conduisant au monde des propres sentiments reste fermée aux personnes souffrant d'Alexithymie. Elles tombent plutôt malades que de ressentir quelque chose : le risque de dépression, de dysfonctionnements corporels d'origine psychosomatique, d'hypertension et de douleurs est considérablement accru chez les malades d'Alexithymie. Jusqu'à 40% des patients souffrant de douleurs chroniques présentent ainsi des caractéristiques d'Alexithymie. On trouve aussi des problèmes prononcés d'expressivité émotionnelle chez de nombreux patients souffrant de troubles somatoformes.
L'origine de ces problèmes est restée une énigme durant des décennies. Les neuropsychologues sont cependant aujourd'hui sur une piste. On définira prochainement l'Alexithymie non plus comme un dérèglement congénital de la personnalité mais plutôt comme ayant été provoqué par un traumatisme pendant l'enfance.

Les études montrent que l'accès au monde des sentiments est fondamentalement influencé par la relation avec la mère et le père. Une perturbation de la relation à ces personnes proches, dont le rôle est majeur pendant les années du développement de l'enfant, n'est pas sans conséquence. L'Alexithymie entre autres : les personnes concernées ont souffert de déficits la plupart du temps durant la première phase d'apprentissage émotionnel. En dehors d'une enfance traumatisée, des événements terribles peuvent aussi conduire plus tard à l'Alexithymie. La possibilité de pouvoir bloquer ses sentiments au niveau mental sert alors de mécanisme d'autodéfense. Le fait de "débrancher" le niveau des sentiments aide à mieux supporter les traumatismes vécus.

Rendre les sentiments visibles

Visualiser le noir émotionnel et les processus en images. La tomographie d'émission par positron et l'I.R.M. nous livrent d'étonnants détails sur la manière dont le cerveau perçoit les émotions et les traite – de précieuses informations pour les recherches sur l'Alexithymie. Chez les personnes aveugles aux sentiments, on voit apparaître des modifications fonctionnelles dans des zones du cerveau employées au traitement central de stimuli émotionnels : particularités qui mènent à la conclusion que l'évaluation et la capacité de symbolisation des informations sont altérées.

De nombreux indices conduisent à penser que, chez les aveugles aux sentiments, le système limbique n'est pas connecté de manière correcte au cortex préfrontal. Des mesures de la circulation sanguine cérébrale pendant que les patients pensent à une situation émotionnelle extrême, comme la mort d'un proche, le confirment entre autres. Les réactions dans le système limbique, centre de régulation des émotions, étaient minimes. Des réactions apparaissent cependant au niveau du lobe frontal. Cette région du cerveau est en mesure d'empêcher la transmission de stimuli émotionnels. Ce pourrait être la cause neurobiologique de l'aveuglement aux sentiments. Par conséquent, l'Alexithymie n'est pas le manque de sentiments mais son oppression. Les scientifiques de l'université de Greifswald ont trouvé une autre explication. D'après leurs connaissances, le flux d'informations circulant entre les deux hémisphères cérébraux semble être perturbé chez les aveugles aux sentiments. Les informations enregistrées dans différentes zones ne peuvent apparemment plus être rassemblées, explique le professeur Harald Freyberger, directeur de la clinique psychiatrique de l'université de Greifwald.

Ces résultats d'études, tout comme ceux d'autres chercheurs, nous livrent aujourd'hui un nouveau regard, non seulement sur l'Alexithymie, mais aussi sur la dépression, la schizophrénie et d'autres maladies psychiques. Des traitements possibles voient le jour. Personne ne sait encore si l'on peut aider ainsi les aveugles aux sentiments. Le Professeur Franz déclare que, toujours est-il, le cerveau, même celui des adultes, est encore incroyablement capable de transformations. Actuellement, il y a des espoirs de thérapies par la parole, le corps ou le groupe. Elles devraient pouvoir ré-ouvrir aux malades la porte au monde des sentiments.

1 note(s) (5 ø)
Non classé

Comments are exhausted yet.

Langue:
Suivre DocCheck: