Un souffle de plasma pour nettoyer les plaies

5. octobre 2012
Share article

Des résultats préliminaires montrent que le plasma peut être une alternative contre les souches de bactéries multirésistantes, les allergies et la mauvaise cicatrisation des tissus. En fait, cette substance énergétique est mortelle pour les microbes, mais inoffensive pour la peau.

99% de l’univers est constitué de plasma. Cependant, peu de gens peuvent initier des choses avec l’objet physique « plasma ». Cela pourrait bientôt changer. Parce que la médecine du plasma est sur le point de devenir une nouvelle arme courante en médecine.

Plasma médical : électrons chauds, noyaux froids

Pour accéder au quatrième état, l’élément chimique a besoin d’énergie. On l’obtient, par exemple, sous la forme d’un rayonnement électromagnétique utilisé sur des atomes ou des molécules de gaz pour séparer les électrons de la liaison atomique. Le mélange actif est alors composé de particules chargées, de rayons UV, de radicaux, de champs électriques et – souvent – une température élevée.

Le gaz a alors tant d’énergie que les électrons eux-mêmes se séparent et atteignent des températures élevées, mais l’atome ou la molécule ionisée ne résonne pas, ce qui crée le « plasma froid ». On le trouve dans les lampes fluorescentes ou les aurores boréales. Ou dans une flamme de plasma qui n’est pas plus chaude que la température du corps. Pour la médecine, cela offre ainsi non seulement une possibilité intéressante pour stériliser le matériel, mais aussi pour désinfecter les plaies.

Le plasma, paraît-il, peut faire beaucoup plus. Il stimule la régénération des tissus, et il arme le système immunitaire dans la lutte contre les indésirables qui sont dans le corps. Cela inclut les cellules cancéreuses. Finalement il élimine aussi les substances qui créent des biofilms dans les dents, les implants et les prothèses. Et le plus intéressant : jusqu’à présent, aucune résistance au nouveau tueur de microbe n’est connue, à l’opposé des antibiotiques et des autres désinfectants qui perdent leur pouvoir au fil du temps.

Guérir avec les radicaux ?

Greifswald, en Mecklembourg-Poméranie occidentale, est sur le point de devenir l’un des grands centres de recherche sur le plasma pour les êtres humains. Là-bas, on trouve l’Institut Leibniz de recherche et de technologie du plasma (Leibniz-Institut für Plasmaforschung und Technologie e.V. , INP), l’université voisine a créé la première chaire au monde de médecine du plasma. Avec plus de cinq millions d’euros de 2011 à 2013, le ministère fédéral de la recherche encourage la création du campus PlasmaMed, dans lequel l’INP est impliqué de façon significative. La recherche fondamentale, en particulier, est située sur le site de Greifswald. Les physiciens y testent, en collaboration avec des médecins, des pharmaciens et des chercheurs en sciences de la vie, l’effet du plasma froid dans la cicatrisation sur des yeux de porcs fraîchement abattus et des échantillons de peau et observent la stimulation de l’angiogenèse, la formation de nouveaux vaisseaux. Jusqu’à présent, à un dosage approprié, aucun dommage sur la peau n’a été observé – malgré la désinfection presque complète.

Même les plaies chroniques chez les chiens pourraient être guéries par le « Tissue Tolerable Plasma » (TTP), là où toutes les autres stratégies ont échoué jusqu’alors. « Il y a de fortes indications pour que les composants actifs du plasma, en plus du rayonnement électromagnétique, soient les espèces réactives, donc les radicaux. » dit Thomas de Woedtke pour chercher à expliquer les mécanismes actifs. « Notre hypothèse est que les radicaux du plasma soutiennent les mécanismes de défenses endogènes médiées par les radicaux et de guérison des tissus et conduisent à la formation de médiateurs cellulaires tels que l’oxyde nitrique. », selon le responsable de la chaire de médecine du plasma.

Deux minutes pour un tiers de bactéries en moins

Mais des spécialistes en physique et en médecine travaillent en étroite collaboration sur le développement de nouvelles possibilités liées au plasma dans d’autres endroits en Allemagne. L’Institut Max Planck de physique extraterrestre à Garching, la clinique de dermatologie à Ratisbonne et l’hôpital municipal de Munich-Schwabing amenèrent la médecine du plasma à l’hôpital. Des essais cliniques en phase 2 permirent de maîtriser le traitement avec du plasma argon. Deux minutes de traitement permettent, pour les plaies infectées de façon chronique, de réduire la colonisation bactérienne de la plaie autour de 30-40% après 100 traitements. Georg Isbary de l’hôpital de Schwabing utilisa avec succès le plasma sur la peau d’environ 200 patients. Bientôt l’utilisation du plasma sera testée pour traiter d’autres affections dermatologiques telles que les démangeaisons. À Göttingen, une étude sur le traitement des dermatites purulentes sur les jambes ou des ulcères de la jambe vient de se terminer. Une réduction de la douleur au niveau des pieds et une cicatrisation des plaies deux fois plus rapides chez les patients diabétiques par rapport au groupe contrôle ont été rapportées, selon un groupe de travail russe lors d’un congrès en 2009.

Le stylo de plasma pour de meilleures dents

L’appareil est gros comme un stylo à bille et il permet aux dentistes d’amener un nuage d’énergie dans les trous les mieux cachés, afin de mettre en déroute les biofilms tant redoutés. Une source de plasma comme le « kINPen Med » aide les implants en permettant une meilleure croissance interne, mais aussi le traitement, des canaux radiculaires forés. Dans la thérapie de la parodontite, le plasma améliore la mouillabilité des dents et en facilite ainsi le nettoyage.

L’utilisation du plasma contre le cancer en est encore au stade pré-clinique. Les cellules de mélanome entrent en suicide programmé dans les 72 heures avec un dosage plasmatique approprié, alors que les tissus sains ne sont pas touchés. Les kératoses, les cicatrices, et même influencer la coagulation sont des cibles potentielles pour les chercheurs sur le plasma dans les années à venir. Parce que le plasma a un attrait irrésistible : aux doses utilisées, il ne produit pratiquement aucun effet secondaire indésirable. Lors d’un traitement par plasma d’une minute, la dose d’UV-C ne devrait pas être plus élevée que lors de cinq minutes de bronzage. Des allergies? Il n’y en a pas encore de connues.

Une conquête comme dans la technologie laser

La médecine du plasma vient de réaliser son saut de la recherche fondamentale à la clinique. Par conséquent, il existe peu d’observations à long terme sur l’effet du plasma de gaz inerte ou le « plasma d’air » dans et sur les humains. Tant que les problèmes de sécurité n’auront pas été suffisamment clarifiés, le traitement ne pourra probablement pas apparaître dans les lignes directrices. Mais les résultats obtenus jusqu’à présent sont déjà très prometteurs. Sa mise en place n’est cependant pas particulièrement bon marché : un dispositif comme celui utilisé par les médecins de l’étude réalisée à Munich correspond à un investissement d’un montant de cinq à six chiffres. Les instruments pour les traitements ambulatoires se trouvent dans une zone de coût correspondant à quelques milliers d’euros. L’objectif d’une des revendications du campus PlasmaMed est de promouvoir après 2013 le développement industriel et manufacturier de ce procédé. Avec une production de masse, les coûts devraient alors diminuer.

Et les chercheurs sur le plasma espèrent prendre un chemin semblable à celui du laser, qui est devenu un outil important dans les mains des médecins. Le directeur de l’Institut Leibniz pour les sciences du plasma à Greifswald, Klaus-Dieter Weltmann, prédit un avenir tout aussi prometteur pour le traitement des plaies chroniques : « Pour certains patients, la médecine du plasma pourrait être la seule solution. »

9 note(s) (4.22 ø)
Chirurgie, Médecine, Oncologie

Comments are exhausted yet.

2 commentaires:

Dr Daniel TETERCHEN Daniel TETERCHEN
Dr Daniel TETERCHEN Daniel TETERCHEN

article passionnant à la pointe de l’actualité, beau travail de journaliste médical. Merci pour l’information

#2 |
  0
docteur Claude Verheyden
docteur Claude Verheyden

très intéressant et novateur. Merci de m’avoir fait partager vos connaissances

#1 |
  0
Langue:
Suivre DocCheck: