Opération coït

20. novembre 2007
Share article

Malgré les émissions chaudes de la soirée et les images fréquentes de personnalités nues, certains sujets, comme les besoins sexuels des personnes handicapées, dérangent encore au 21ième siècle. Les handicapés plutôt fermés à une sexualité "normale" ont aujourd'hui des possibilités - physiques ou au-delà.

Presque tout le monde sait que le sexe s'achète. Dans l'un des plus grands établissements en la matière, le Pascha à Cologne, les clients handicapés n'obtiennent pas de prix spécial mais bénéficient d'attentions particulières. "Nous mettons à disposition des handicapés en fauteuil roulant des ascenseurs et sommes toujours prêt à les aider", nous a dit le gérant Armin Lobscheid lors d'un interview avec la Newsletter DocCheck. Lorsqu'ils sont en haut, les clients ne sont pas traités comme des enfants mais peuvent circuler librement aux étages et négocier avec les filles. "Je ne crois pas que ce service existe ailleurs", rajouta-t-il.

C'est moins speed quand le client est handicapé

Les filles prennent plus de temps pour les clients handicapés; il n'y a pas de différence sinon. "Les clients qui viennent sont en majorité en fauteuil roulant, mais nous avons aussi des handicapés mentaux", nous raconta Armin Lobscheid. Il ne peut qu'estimer le nombre d'handicapés qui fréquentent le Pascha : sans doute entre 50 et 100 clients réguliers mais beaucoup d'autres passent occasionnellement. L'offre est très appréciée dans la région de Cologne : "Nos handicapés sont toujours très satisfaits".

Chez Lothar Sandfort à Trebel en Basse-Saxe, les prostituées proposent également leurs services aux handicapés. Le site Sexualbegleitung.org donne les coordonnées de prostituées comme nulle part ailleurs sur le Web. Ici, ce n'est pas pareil qu'au Pascha. "Chez nous, il ne s'agit pas seulement de répondre aux besoins essentiels de l'homme. Nous voulons aider les handicapés à devenir plus attrayant", explique Lothar Sandfort. "Les handicapés veulent aussi être intéressants pour leurs semblables ou leur concubin, et pas seulement sur le plan sexuel".

Un accompagnement sexuel comme guide de vie

Lothar Sandfort, lui même handicapé physique, a fondé, en toute connaissance de cause, l'institut pour l'autodétermination des handicapés (ISBB) il y a quinze ans dans le cadre des mouvements d'émancipation des handicapés. La proposition : un accompagnement sexuel pour les handicapés physiques et mentaux. Les acteurs : des prostitués qui ont suivi une formation spéciale pendant 6 week-ends. "Nous avons des filles dont les coordonnées sont sur Internet et qui sont directement contactées mais cela ne représente pas le coeur de notre offre. Avant le contact avec l'accompagnatrice sexuelle, les handicapés suivent en général au moins un séminaire chez nous dans l'hôtel et mettent un week-end pour y parvenir", explique Lothar Sandfort à la Newsletter DocCheck. L'ISBB propose plusieurs variantes de ses séminaires : pour les hommes avec des problèmes cognitifs, pour les handicapés physiques sans oublier les journées Tantra qui s'adressent aussi bien aux handicapés qu'aux personnes non handicapées.
Sur Youtube sur le Net, on peut voir de quelle manière se déroule un séminaire. "L'honnêteté absolue est le facteur déterminant dans les séminaires et plus tard dans l'accompagnement sexuel", dit Lothar Sandfort. Cela vaut aussi bien pour les handicapés que pour les prostituées qui ne doivent pas jouer la comédie et doivent être franches si quelque chose les dérange. Pour que cela fonctionne, il faut des supervisions régulières tous les 6 mois. "Nous ne vendons pas de l'illusion mais de l'apprentissage", souligne Lothar Sandfort. Après les séminaires, cet apprentissage peut être poursuivi avec une accompagnatrice personnelle. Mis à part le devoir d'honnêteté, la structure de prix est également différente de celle appliquée dans le milieu traditionnel de la prostitution. C'est un prix fixe de 100 euros de l'heure, que ce soit pour des caresses, pour une pipe ou pour un acte sexuel.

Le sexe est aussi un sujet dans les communautés en ligne

Pour celui qui ne veut pas se lancer immédiatement mais qui souhaite échanger sur le sujet dans un premier temps, les communautés en ligne pour les personnes handicapées sont probablement la meilleure solution. Il existe plusieurs lieux de rencontre virtuels de ce genre : par ex. pour les tétraplégiques Startrampe.net qui fêtera son 10ième anniversaire dans un an et demi. Dans les forums, la sexualité est bien entendu un sujet. Le mieux serait un échange dynamique entre les handicapés et les non handicapés. Cela s'avère cependant difficile. Presque tous les responsables de forums souhaitent une plus grande participation des non handicapés – un problème classique pour les groupes d'entraide. Mais il y a parmi eux aussi des indésirables : des voyeurs qui se sont spécialisés sur les handicapés; c'est rare mais cela arrive. S'ils sont repérés, ils sont exclus du forum mais il peut s'écouler beaucoup de temps jusqu'à ce que quelqu'un ait un doute.

1 note(s) (5 ø)
Non classé

Comments are exhausted yet.



Langue:
Suivre DocCheck: