La deuxième carrière du haricot

23. janvier 2008
Share article

Certains patients pourraient prochainement faire l'impasse sur les coûteux hypolipémiants : on peut faire baisser de près de 10 % le taux de cholestérol et des triglycérides en ingérant quotidiennement une demie tasse de haricots Pinto. Le sujet est vivement discuté depuis des années; le ministère de l'agriculture américain, et notamment son centre de recherche sur la nutrition humaine (Human Nutrition Research Center), met aujourd'hui fin à la polémique grâce à une étude.

Les chercheurs de l'équipe de Philip G. Reeves se sont servis de la force de persuasion des médias pour pouvoir recruter des candidats via Internet et par annonces dans les journaux pour cette étude. Les médecins nutritionnistes du Human Nutrition Research Center de la ville de Grand Forks obtinrent ce dont ils avaient besoin pour une étude inédite : 40 hommes et autant de femmes qui, au nom de la médecine, étaient d'accord pour donner du pep à leurs habitudes alimentaires en consommant des haricots Pinto.

On sait depuis longtemps que ces légumineuses peuvent contribuer à faire baisser le taux de triglycérides et de cholestérol. Mais les médecins américains ne sont pas aujourd'hui les seuls à prescrire, soit des médicaments coûteux produits par les grands laboratoires pharmaceutiques ou bien leur pendant provenant de l'arsenal des produits phytopharmaceutiques pour les patients ayant peu de cholestérol.

Haricots plutôt que soupe de volaille

Dans le fameux journal spécialisé Journal of Nutrition, l'équipe de Reves nous montre aujourd'hui que les traitements peuvent être beaucoup moins chers. Ils démontrèrent qu'en mangeant seulement 1 à 4 entrées contenant des haricots Pinto avant un repas normal à la guise des participants, les valeurs d'HDL et de LDL étaient améliorées de manière significative en comparaison avec un groupe de contrôle qui devait manger une soupe de volaille en entrée. "L'étude montre que la consommation de haricots améliore le profil lipidique dans l'organisme et diminue le risque cardio-vasculaire", concluent les chercheurs.

L'efficacité de ce petit réducteur de cholestérol est notoire car seulement 130 g par jour conduisent aux résultats escomptés. Le fait avant tout que les patients à risque ne soient pas forcés de faire un régime semble très prometteur. Reeves et ses collègues écrivent que les plats devaient être certes le moins gras possible, mais les candidats ne devaient pas se plier à d'autres habitudes alimentaires. Dans le cas des hypolipémiants, les médecins recommandent de ne pas manger de jambonneau avec de la choucroute en accompagnement.

À la télé en Amérique, moins de paillettes en Allemagne

On ne sait pas encore exactement pourquoi les graines rouges ont un tel effet sur le cholestérol. On pense cependant que la grande quantité de fibres alimentaires, environ 15 %, agit massivement dans l'usine biochimique du corps. De cette manière et après une série de processus, le cholestérol et autres substances comme les acides biliaires sont éliminés dans les selles.

L'offensive américaine concernant les haricots n'est pas un cas particulier. À l'été 2007, l'institut des sciences de la nutrition de l'université Jena (Institut für Ernährungswissenschaften) cherchait aussi des femmes et des hommes entre 18 et 45 ans de la ville de Jena ou ses environs. Ces personnes devraient être d'accord pour consommer 25 g de fibres alimentaires tous les jours pendant 8 semaines – et pas sous la forme de haricots.

La poudre sans goût particulier est constituée de substances provenant de légumes secs et pourrait avoir un effet positif sur les forts taux de cholestérol, soulignent les chercheurs. Mais contrairement à Reeves qui fit même la promotion de son projet à la télé et put ainsi obtenir suffisamment de candidats, les chercheurs allemands employèrent des méthodes plus traditionnelles et moins attrayantes pour leur projet légumes secs : " L'étude fait partie du projet de recherche FibreFood concernant l'analyse de la liaison des acides biliaires provenant de fibres de légumineuses pour le développement d'aliments réducteurs de cholestérol ".

0 note(s) (0 ø)
Non classé

Comments are exhausted yet.

Langue:
Suivre DocCheck: