Hémiparésie : des semelles qui aident la statique

22. octobre 2012
Share article

La physiothérapie est efficace contre les troubles de l’équilibre après un AVC - mais parfois seulement pendant la période où elle est réalisée. La faiblesse d’un côté du corps et les troubles de l’équilibre liés peuvent éventuellement être traités par des semelles orthopédiques.

L’AVC est, dans les pays développés, une cause majeure de graves handicaps à long terme. Aux États-Unis, environ 800 000 personnes souffrent chaque année d’un accident vasculaire cérébral, près de la moitié y survit. En Allemagne, une étude du réseau de compétence AVC conclut que chaque année ont lieu 195 000 premiers AVC et 66 000 récidives. En 2008, avec 63 000 décès par an, l’AVC est la troisième cause de décès.

Les patients ayant une hémiparèse ont une asymétrie dans leur position statique et dans leur charge fonctionnelle. On peut ainsi déceler chez eux une faiblesse motrice, un tonus musculaire asymétrique et des déficits somatosensoriels. Les conséquences de cette instabilité peuvent être des chutes dangereuses, ce qui restreint d’avantage par la suite les capacités de la personne concernée.

Des semelles du côté sain

En rééducation, différentes approches de traitement pour l’amélioration de l’équilibre se basent sur des déplacements arbitraires du poids du corps sur le côté affaibli. Mais cela n’aide pas tous les patients à long terme. Des chercheurs de l’Université de l’Illinois ont désormais un moyen relativement simple, et aussi peu coûteux, d’améliorer l’équilibre durablement : des semelles qui entraînent le cerveau et forcent à faire déplacer le poids du corps. Le traitement, appelé « Compelled Body Weight Shifts » (CBWS), est constitué de semelles orthopédiques qui soulèvent le corps et permettent de déplacer le poids sur le côté du corps affecté afin de rétablir l’équilibre. Un avantage de cette méthode est que le patient n’a pas besoin de penser au processus.

Expérimental contre conventionnel

L’efficacité des semelles a été étudiée par Alexander Aruin et ses collègues sur deux petits groupes de patients. Onze patients avec un âge moyen de 49 ans qui avaient subi un premier AVC dans une moyenne de 15 jours précédents l’étude ont été affectés de manière aléatoire au groupe expérimental ou au groupe témoin. Dans le groupe expérimental, les patients ont reçu durant deux semaines, six jours par semaine, pendant 90 minutes, une physiothérapie conventionnelle combinée avec CBWS. Les patients du groupe témoin ont participé uniquement à la rééducation conventionnelle. La thérapie conventionnelle a consisté en une thérapie physique avec diverses interventions telles que des exercices thérapeutiques, des exercices de résistance avec Thera-Band, un réapprentissage moteur et un entraînement à la marche.

Succès à long terme

La préparation des semelles orthopédiques est basée sur une approche purement biomécanique. Le côté sain est soulevé mécaniquement, ce qui nécessite une augmentation de la semelle interne de la chaussure. La distribution de masse sur les deux côtés du corps doit atteindre 50/50. Cette approche biomécanique contraste avec une autre méthode bien connue de prise en charge avec une semelle : les semelles dites proprioceptives aident à réguler le tonus musculaire à travers une impulsion de poussée. Des tests avant et après la période expérimentale ont révélé que le positionnement du poids sur le côté affecté a été augmenté chez les patients du groupe expérimental, on observe une diminution dans le groupe témoin. La vitesse de marche a augmenté de façon significative dans les deux groupes, mais de manière plus importante dans le groupe portant des semelles.

À creuser

Trois mois après la fin de la période de test des semelles, les chercheurs ont réexaminé la capacité des patients à maintenir l’équilibre. Il a été constaté que les deux groupes ont bénéficié de la thérapie physique, les anciens porteurs de semelles ayant quelques avantages supplémentaires. La distribution de leur poids corporel était symétrique et d’avantage de poids était mis sur le côté affecté. Mais l’étude est petite et les auteurs espèrent que, après un AVC, les thérapeutes essaieront ce traitement supplémentaire utilisant des semelles orthopédiques. Il y aura probablement d’autres succès à répertorier lorsqu’on s’éloignera dans le temps de l’AVC.

6 note(s) (3.83 ø)
Médecine, Neurologie
, ,

Comments are exhausted yet.

1 commentaire:

Dr. abib mangone seck
Dr. abib mangone seck

séduisante comme approche, pour ne pas dire révolutionnaire!!

#1 |
  2


Langue:
Suivre DocCheck: