Dépression : la parole d’abord, les pilules après

4. avril 2013
Share article

Un patient qui va voir un médecin pour une dépression est rapidement mis sous antidépresseurs. Mais est-ce une bonne chose ? Les chercheurs viennent de découvrir qu’il est souvent plus utile en cas de dépression légère de commencer par une thérapie psychodynamique.

Fatigue, découragement, insomnie, perte d’appétit et ruminations intellectuelles – si ces symptômes dépressifs se maintiennent pendant plus de deux semaines, selon les directives, un traitement est indiqué. Environ 15% des femmes et 8% des hommes atteints de ces symptômes déclenchent dans les 12 mois une dépression (IQWiG rapport de 2009, n° 34). Les médecins traitent les patients individuellement, mais beaucoup prescrivent dès le début des antidépresseurs. Jack Dekker et ses collègues de l’Institut Arkin pour la santé mentale, Amsterdam, se demandèrent quelle est la meilleure procédure pour le médecin : psychothérapie en premier puis comprimés, ou vice versa ?

Les chercheurs néerlandais menèrent une étude sur 103 patients souffrant de dépression légère ou modérée. Les patients furent répartis de manière aléatoire en deux groupes de traitement : un groupe suivit initialement une thérapie psychodynamique et l’autre groupe reçut d’abord des antidépresseurs. Si les symptômes ne s’améliorèrent pas dans les huit semaines d’au moins 30%, il était proposé au patient un traitement combiné. Une chose intéressante : même si le traitement initial ne fonctionnait pas, 40% des patients souhaitèrent poursuivre leur monothérapie.
Pour comprendre les symptômes, les auteurs utilisèrent l’échelle de dépression de Hamilton (HAM-D) et la « Clinical Global Impression Scale » (CGI). De plus, ils utilisèrent aussi la sous-échelle de dépression de la Symptom Checklist « SCL-90 » et l’ « Euro-Quality of Life Questionnaire » (EuroQol).

Voici ce que les résultats montrèrent : à la fin de l’étude, l’état des patients qui avaient d’abord suivi une thérapie psychodynamique était meilleur que l’état des patients qui furent initialement traités avec des médicaments. Les auteurs conclurent qu’il est utile pour les patients souffrant de dépression légère à modérée de proposer dans un premier temps une psychothérapie et d’y ajouter des médicaments s’il n’y a pas d’amélioration.

Une amélioration précoce aide

Avoir un succès précoce dans la thérapie semble particulièrement important pour le succès du traitement – cela est montré, entre autres, par une étude réalisée par la psychologue Amrei Schindler et ses collègues de l’Université de Mayence. Les scientifiques voulurent savoir quels facteurs contribuent à une thérapie comportementale réussie et au moment où les patients arrêtent leur traitement. Pour ce faire, ils étudièrent 193 patients souffrant de dépression unipolaire ou de dysthymie. Les patients furent traités par thérapie cognitivo-comportementale (TCC). En plus d’une bonne réponse au traitement, ils prirent aussi en compte si le patient avant traitement montrait une dépression plus sévère, et si, au début de la thérapie, une amélioration de leurs symptômes était ressentie. Une interruption était probable lorsque les patients avaient un trouble de la personnalité, des attentes peu élevées concernant le résultat de la thérapie et ne ressentaient aucune amélioration à un stade précoce de la thérapie.

Conclusion

Chez les patients déprimés, beaucoup de circonspection dans l’initiation du traitement est justifiée. Une dépression légère et modérée peut être traitée d’abord avec une thérapie psychodynamique, et seulement en cas de non-réponse, le médecin peut alors proposer un traitement médicamenteux. Étonnamment, de nombreux patients préfèrent une monothérapie, comme l’étude de Jack Decker et al. le montre. La thérapie cognitivo-comportementale est aussi efficace, mais apparemment des succès thérapeutiques précoces sont indispensables à un bon résultat de la thérapie.

3 note(s) (4.33 ø)

Comments are exhausted yet.

1 commentaire:

Professeur Jean BERTRAND
Professeur Jean BERTRAND

ceci est cliniqement bien connu mais pas souvent réalisé la combinaison des deux approches est la plus efficace.

#1 |
  0
Langue:
Suivre DocCheck: