Fais-moi ressembler à un elfe !

23. septembre 2008
Share article

Pour certains, c'est de la mutilation, pour d'autres une révélation à soi-même : depuis l'arrivée de la mode du piercing et tatouage au milieu des années 90, les modifications corporelles nous laissent voir de drôles de choses dans les villes industrielles d'occident. Les médecins vont probablement devoir s'adapter aux souhaits étranges de leurs patients.

Les elfes sont, au moins depuis la trilogie du "Seigneur des Anneaux", en vogue et considérés comme des êtres mystiques attrayants et sages. Ils se distinguent au premier coup d’œil des autres hommes par leurs oreilles pointues. Une jeune américaine voulait ressembler au moins d’aspect extérieur à son idéal et s’est laissée inciser les pavillons de l’oreille par un artiste spécialiste de la modification corporelle (BodMod pour Body Modification) qui a enlevé une partie du cartilage puis les a recousu avec pour effet que les oreilles de la jeune fille sont désormais aussi pointues que celles d’un elfe. Ce qu’a tenu à faire une sociologue de New York est également une affaire de goût : elle a payé cash un chirurgien qui a accepté de lui diviser la langue en deux sur 5 cm, du haut jusqu’à la pointe, à l’aide d’un scalpel laser. Comme les bords de la plaie se remettaient ensemble, l’opération a du être répétée 2 fois avant que le résultat souhaité ne soit durable : depuis, cette femme peut tenir sa cigarette avec sa langue.

Des souhaits omniprésents pour optimiser son corps

Selon Erich Kasten, Professeur à l’Institut de Psychologie médicale de l’université de Magdeburg et auteur du livre "Body Modification", ces changements corporels sont finalement une variante extrême d’un comportement que chacun a en soi : les hommes modifient leur apparence depuis la nuit des temps. Beaucoup se teintent les cheveux et se colorent les ongles, les oreilles percées sont depuis bien longtemps quelque chose d’ordinaire, les hommes et les femmes vont de la même façon en salle de musculation et de plus en plus de personnes dépensent beaucoup d’argent pour des opérations de chirurgie esthétique. Dans le monde occidental, pratiquement chacun s’efforce d’optimiser son corps en lui donnant une autre forme.

Il est difficile de fixer des limites

Ces optimisations se déroulent aussi à l’écart du milieu BodMod de manière étrange : pour pouvoir se rapprocher des mensurations 90-60-90 considérées comme idéales, certaines femmes choisissent des moyens qui peuvent paraître aussi extrêmes que la BodMod : se faire retirer les dernières côtes pour affiner la taille, se faire rallonger les jambes en cassant les os puis en agissant sur le processus de guérison, un grossissement énorme de la poitrine. Où est la limite entre l’opération esthétique et la modification corporelle ? Les personnes qui modifient leur corps via des opérations chirurgicales veulent ressembler à un idéal – souvent dans le but d’avoir plus de succès ou d’être mieux reconnu. Les adeptes du milieu de la BodMod veulent cependant échapper aux règles de la société. Celui qui s’arrête seulement aux effets visibles des transformations – que ce soit pour obtenir un corps de rêve ou des oreilles d’elfes – mène une discussion autour du pour ou contre les modifications corporelles avec une langue fourchue.

Médecin ou prestataire de service ?

Les observations du biologiste criminel Mark Benecke indiquent que la sous-culture s’établit aussi en Europe centrale. Les modifications corporelles peuvent être la bête noire d’une grande partie des médecins et c’est pourquoi ces derniers attirent vivement l’attention sur ses dangers : les implantations sous-cutanées de matériel peuvent conduire à des infections qui peuvent engendrer la perte de tout un membre. Mais ce n’est qu’une question de temps avant que ces souhaits étranges au moyen de piercings, cuttings, brandings et autres possibilités ne soient demandés aux médecins européens. Les modes et nouveautés du monde médical ayant du succès en Amérique du Nord franchissent l’Atlantique avec environ 10 à 15 ans de retard. Au-delà de l’Atlantique, certains dentistes sont prêts à limer les dents de leurs patients demandeurs de manière à avoir la dentition pointue des carnassiers. Le client est roi !…
Lorsque des médecins sur place réfléchissent à la possibilité de devenir un prestataire de services médicaux spécialisé, on leur recommande la lecture du plaidoyer du Prof. Edmund Pellegrino du comité international de bioéthique de l’UNESCO. Il y a quelques années, une discussion éclatait parmi les médecins allemands autour de la question qui était de savoir si les médecins devaient proposer du piercing dans leur cabinet afin de pouvoir proposer à leurs clients de meilleures conditions d’hygiène que chez les perceurs. La discussion est dépassée : la plupart des personnes qui se font percer privilégient le perceur plutôt que le médecin car elles pensent que le professionnel saura mieux faire qu’un médecin. Voyons voir maintenant si, du fait de ce manque de confiance, le corps médical échappera encore longtemps à ce commerce lucratif de la modification corporelle…

3 note(s) (2.33 ø)
Non classé

Comments are exhausted yet.



Langue:
Suivre DocCheck: