Fibromyalgie : Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ?

21. juillet 2015
Share article

Si les médecins dans les années 1990 considéraient la fibromyalgie largement due à des facteurs psychologiques, de plus en plus d’études découvrent maintenant des corrélations corporelles. Mais la cause de cette maladie controversée est encore peu claire.

Corrélations physiologiques

Le syndrome de fibromyalgie se compose de douleurs dans les muscles, les ligaments, les os et les tendons, dans les quatre quadrants du corps et le long de la colonne vertébrale. Bien que les tests sanguins soient normaux, des changements peuvent être observés [Paywall], par exemple une concentration accrue de la substance P dans les terminaisons nerveuses libres des muscles, une diminution des concentrations de carnitine dans les muscles ainsi qu’une altération du métabolisme de la sérotonine. Les scientifiques dirigés par Nurcan Üçeyler, Université de Würzburg (Allemagne), ont rapporté en 2013 dans une étude que, dans la fibromyalgie, les petites fibres nerveuses sont endommagées.

Critères de l’ACR

La fibromyalgie est diagnostiquée entre autres en utilisant les critères de l’American College of Rheumatology (ACR). Les critères de l’ACR de 1990 indiquaient que 11 des 18 « points sensibles » sur le corps devaient être douloureux à la pression afin de poser le diagnostic de « fibromyalgie ». Selon les critères de l’ACR de 2010, cet aspect est omis. Aujourd’hui est appliqué ce qui suit: si l’indice douleur généralisée (Widespread Pain Index,WPI) est ≥ 7 et le score de sévérité des symptômes (Symptom Severity Score, SS) est ≥ 5 ou le WPI est de 3-6 et le SS ≥ 9, le critère diagnostique pour la fibromyalgie est rempli. La douleur doit également exister depuis au moins trois mois et être inexplicable par une autre cause médicale. La fibromyalgie se caractérise non seulement par la douleur, mais aussi par divers symptômes végétatifs, dont la corrélation est jusqu’à maintenant difficilement expliquée.

Syndrome de sensibilité centrale et fibromyalgie

La fatigue chronique, le syndrome du côlon irritable, les maux de tête chroniques, des démangeaisons et les douleurs pelviennes et de la vessie sont quelques-uns des nombreux symptômes qui sont étroitement liés à la fibromyalgie. Dans le département de fibromyalgie et de fatigue chronique de la Clinique Mayo à Rochester, Minnesota (Etats-Unis), les scientifiques analysent le « syndrome de la sensibilisation centrale », dont souffrent apparemment également de nombreuses personnes atteintes de fibromyalgie.
Sous ce terme se regroupe une série de symptômes vagues mais désagréables qui se produisent en même temps, comme la bouche sèche, des douleurs à la mâchoire, des troubles du sommeil, la maladie de Ménière ou le Sick Building Syndrome (syndrome du bâtiment malsain). Les scientifiques supposent qu’en cas de syndrome de sensibilité centrale, le système nerveux central et le système viscéral réagissent de manière hypersensible, de sorte que les petits stimuli entraînent déjà des sensations importantes.

Kevin C. Fleming et Mary M. Volchek décrivent dans un article en Avril 2015 que le médecin doit prêter attention au syndrome de sensibilité centrale et éviter les analyses inutiles et les odyssées de diagnostic. Après tout, ce sont surtout les nombreuses analyses qui rendent la fibromyalgie si chère : selon la gravité de la maladie, un patient coûte par an de 5000 à 9000 dollars US, écrivent Fleming et Volchek.

Douleur chronique généralisée (Chronic Widespread Pain, CWP) et fibromyalgie

Savoir si le syndrome de CWP et la fibromyalgie sont vraiment différentes a aussi été discuté. Arzu Yagiz Sur et ses collègues de l’université d’Ege, Izmir (Turquie), considèrent comme inutile la distinction entre le syndrome de la fibromyalgie (FMS) et la CWP. Dans leur étude actuelle [Paywall] sur 284 patients, ils ont utilisé les critères de diagnostic de l’ACR de 1990 et 2010. 65% des patients correspondent aux critères des années 1990 et 94% aux critères de 2010. Selon les résultats, le FMS se situe sur un faisceau de continuité avec la CWP. Les auteurs estiment que le FMS ne construit pas une entité distincte de diagnostic. La délimitation avec la CWP n’est pas utile parce que le traitement multimodal du FMS et de la CWP est largement identique.

Les patients atteints de CWP comme ceux avec FMS souffrent d’insomnie et de somnolence diurne, laissant voir souvent un lien entre le syndrome de fatigue chronique et le FMS. John McBeth et ses collègues (Jan 2015) [Paywall] de l’Université de Keele, Staffordshire (Royaume-Uni), souhaitent savoir si le manque de sommeil conduit à la mise en place d’une CWP ou si le patient est réveillé par la douleur. Ils ont obtenu un résultat qui parle de lui-même : un mauvais sommeil peut favoriser l’émergence de la CWP et la CWP interrompt le sommeil.

IMC plus élevé et anxiété augmentée chez les patients FMS

Edgar Adams et ses collègues (Covance Market Access Services Inc., Gaithersburg, Maryland, USA) ont constaté dans leur étude [paywall] que le FMS pourrait être une version extrême de la CWP. Ils purent analyser les données provenant de 125 patients sans CWP, 176 patients atteints de CWP et 171 patients atteints de FMS. Il a été constaté que l’indice de masse corporelle (IMC) augmente progressivement allant des participants CWP-négatifs avec un IMC de 28,8 aux participants CWP-positifs (IMC de 30,7) aux patients FMS qui ont un IMC de 32,1.

L’échelle de continuité, des CWP-négatifs jusqu’aux FMS, se retrouve dans l’intensité des migraines et autres maux de tête, les douleurs articulaires et le syndrome du côlon irritable (p <0,003 pour toutes les comparaisons). Même les troubles psychologiques tels que les troubles anxieux et la dépression sont allés en augmentant (p <0,0001). De même, les patients atteints de FMS souffrent beaucoup plus de douleur et de limitations fonctionnelles que les patients atteints de CWP. Alors que seulement 32,8% des patients CWP-négatifs prennent des médicaments, 52,8% des patients CWP-positifs utilisent des médicaments. Chez les patients atteints de fibromyalgie, ce taux était de 62,6% (p<0,0001 à chaque fois). Les opioïdes ont été les plus souvent cités.

Une chose est claire : en ce qui concerne les symptômes de la fibromyalgie, il y a encore beaucoup à explorer. La complexité même de la douleur, les symptômes psychologiques et végétatifs sont un défi. Cette complexité comprend, entre autres, les hormones, le système immunitaire, les tissus musculaires et nerveux, le sommeil et la psyché. Les personnes touchées attendent avec impatience, mais peut être en vain, des réponses simples, des liens clairs ou l’étude qui pourrait tout expliquer.

7 note(s) (4.86 ø)

Comments are exhausted yet.

3 commentaires:

Dr. Yen Bui
Dr. Yen Bui

Certains explique par le leaky gut syndrome

#3 |
  0
Invité
Invité

Il serait peut-être temps de s’intéresser aux nombreux témoignages de rémission des symptômes de la fibromylagie grâce à l’alimentation hypotoxique (Seignalet )

#2 |
  1
pharmacien dr veronique queudeville
pharmacien dr veronique queudeville

la fibromyalgie est une maladie parasitaire ou infectieuse

#1 |
  0
Langue:
Suivre DocCheck: