Viagra Rose : La grande épreuve pour Frigitte

7. juillet 2015
Share article

Certains souhaitent sauver leur mariage à tout prix, d’autres la diabolisent comme un remède inefficace pour un problème inexistant : la pilule du plaisir pour les femmes est sur le point d’être approuvée aux États-Unis. Il en était temps ? Ou est-ce une préparation dangereuse qui va passer en force ?

« Je veux désirer mon mari facilement. Je vous en prie, autorisez la flibansérine. Je sais, elle ne fonctionne pas forcément pour tout le monde, mais c’est le cas pour moi et des milliers d’autres femmes », a demandé une femme sans désir sexuel devant le groupe d’experts de la Food and Drug Administration des États-Unis. Avec succès : 18 des 24 experts du Comité ont recommandé le 4 Juin d’autoriser la flibansérine. La petite pilule rose devrait à l’avenir être pour les femmes concernées un moyen de sortir de l’absence de désir sexuel et préserver les mariages américains de la séparation.

Le plaisir sexuel fabriqué en Allemagne

La petite sauveuse de relations sexuelles a été développée en Allemagne par Boehringer Ingelheim. Mais après un rapport négatif de la FDA suite à une erreur d’essai, la société pharmaceutique allemande décida de ne pas poursuivre le projet. À l’époque, la FDA n’avait pas observé l’effet du médicament de manière claire. Cependant, un couple américain était tellement convaincu par la pilule du plaisir qu’il a acheté les droits sur la recherche à Boehringer Ingelheim et la recherche dans la société Sprout Pharmaceuticals spécialement créée a continué. Si la flibansérine obtient l’autorisation, elle sera vraiment la première « pilule de plaisir pour les femmes ».

Le « Viagra Rose » très différent du Viagra

Comment le Viagra (sildenafil), la flibansérine a été découverte par accident. Boehringer Ingelheim a voulu développer un remède contre la dépression. Mais dès les premiers tests, il a été constaté que la flibansérine pouvait augmenter le plaisir sexuel des femmes. Bien que le médicament soit salué comme le « Viagra pour les femmes », les deux composés ont peu en commun, parce que l’absence de désir des femmes ne peut pas être facilement traitée comme l’impuissance masculine. Le Viagra, qui devait être à la base un médicament pour la pression artérielle, agit de manière purement physique, en assurant que le corps caverneux dans le pénis reçoive plus de sang. Le pénis en érection à son tour assure le désir sexuel chez les hommes.

Si l’érection ne fonctionne pas correctement, l’« homme » peut de nos jours choisir parmi environ 25 agents pour traiter l’impuissance. Les femmes affectées peuvent, dans le meilleur des cas, utiliser un vaste catalogue d’excuses.

Seulement pour les femmes avec HSDD

L’absence de désir sexuel féminin est plus complexe et donc plus difficile à résoudre. Par conséquent, la flibansérine ne sera en mesure d’aider que quelques femmes, car souvent des facteurs psychologiques se cachent derrière l’absence de désir féminin. Ceux-ci incluent des difficultés dans le couple, le stress et la fatigue au travail ou dans la vie quotidienne. Seulement environ 10 pour cent des femmes qui ne ressentent aucun désir pour le sexe souffrent de HSDD. Derrière cette abréviation se cache l’Hypoactive Sexual Desire Disorder, un trouble du désir sexuel hypoactif qui est causé par une déficience de neurotransmetteurs dans le cerveau. Seules celles affectées par ce trouble pourront bénéficier du « Viagra rose ». La flibansérine stimule la production de dopamine et de noradrénaline, qui sont considérées comme générateur d’envie. En même temps, elle inhibe la formation de l’inhibiteur de désir qu’est la sérotonine.

Bien plus qu’une simple absence de désir

Le gynécologue Dr. Lauren Streicher a expliqué sur « abc-News » que le HSDD est bien plus qu’une aversion temporaire pour le sexe. « Une femme atteinte de HSDD ne pense pas au sexe, n’a pas de fantasmes sexuels et absolument aucun désir d’avoir des relations sexuelles », a déclaré Streicher. « Le gros problème reste les conséquences de l’aversion sexuelle. » Les femmes avec HSDD sont extrêmement frustrées, et les relations de couples finissent souvent mal.

L’autorisation refusée en raison d’effets secondaires

Plus de 1000 femmes ont participé au premier essai clinique de chez Sprout. Le résultat, selon Sprout Pharmaceutical est le suivant : en moyenne, les femmes sous flibansérine ont doublé le nombre de leurs « événements satisfaisant sexuellement » et ont signalé une augmentation de 50 pour cent de leur désir sexuel. 15 pour cent des participantes à l’étude se sont cependant retirées parce que les effets secondaires tels que la fatigue, des étourdissements et l’anxiété étaient trop importants. À la suite de quoi, la FDA a refusé l’approbation du « Viagra rose » en Décembre 2013.

Le plaisir sexuel : individuel et variable

Les mauvaises langues disent que la flibansérine était un médicament inefficace pour un problème inexistant. Même le Dr Adriane Fugh-Berman, professeur agrégé au Centre médical de l’Université de Georgetown, est contre l’autorisation de la pilule du sexe. « Bien sûr, le désir sexuel est différent et varie d’une personne à l’autre et même pour une même personne au cours de la vie, mais on est loin d’une maladie nécessitant un traitement » dit-elle sur « abc-News ». « Ce médicament n’a pas ou peu d’effet et doit être pris chaque nuit contre un état tout à fait naturel. »

Approbation rapide en dépit d’effet d’obstruction

Pendant ce temps, environ 11 000 femmes ont testé le « Viagra Rose » au cours de trois études en double aveugle, randomisées, contrôlées par placebo. Le résultat global laisse encore place à l’amélioration : au lieu des deux à trois « moments sexuels satisfaisants » obtenus par mois, les femmes sous flibansérine ont déclaré quatre de ces événements. Selon certaines données, les femmes sentent leur désir sexuel accru et en conséquence une augmentation de leur bien-être global. D’après ce que Sprout est également en mesure de démontrer, malgré les effets secondaires, l’aptitude à conduire des sujets n’a pas été compromise, ce qui pave les routes pour une approbation rapide de la pilule du plaisir. Dans un avenir pas trop lointain, les femmes européennes avec HSDD pourraient aussi acheter un sentiment de bonheur dans le mois contre un peu plus de fatigue et des étourdissements et les coffres des fabricants se rempliront de manière similaire à ceux remplis par les consommateurs de Viagra.

Étude sur la flibansérine:

Goldfischer, E.R. (2011): Continued efficacy and safety of flibanserin in premenopausal women with Hypoactive Sexual Desire Disorder (HSDD): results from a randomized withdrawal trial. J Sex Med. 2011 Nov;8(11):3160-72.

14 note(s) (4.36 ø)

Comments are exhausted yet.

Langue:
Suivre DocCheck: