Migraine : l’aura ronge le cervelet

31. août 2009
Share article

Celui qui souffre de migraine est déjà bien assez puni. Les migraineux dont les attaques s'accompagnent d'une aura – le plus souvent des troubles de la vue – peuvent cependant avoir des problèmes d'un tout autre genre car leur forme de migraine est associée à des lésions cérébrales.

Les migraines tyrannisent environ 11 % des adultes. Les femmes sont touchées en majorité. Le mal s’accompagne d’une aura dans un tiers des cas. Il peut s’annoncer sous forme de différents symptômes comme des troubles de l’analyse sensorielle, de l’équilibre ou du langage. Ce sont des troubles de la vue la plupart du temps. La migraine est considérée comme une maladie épisodique qui ne laisse pas de séquelles à long terme.

Deux examens récents ont permis d’établir que la maladie, notamment si elle s’accompagne d’une aura, pourrait laisser des séquelles. On trouva ainsi, chez des femmes d’âge moyen qui souffraient de migraines avec aura, des lésions cérébrales lors d’examens IRM des années plus tard. Des patients avec d’autres types de maux de tête ne présentaient pas ces lésions. Le journal américain des médecins publia les résultats. Des lésions apparaissaient avant tout dans le cervelet.

Des lésions du cervelet chez les femmes

Ann Sher de la Uniformed Services University à Bethesda, Maryland, et ses collègues examinèrent, chez 4 689 hommes et femmes, la relation entre les symptômes migraineux à un âge moyen et les lésions cérébrales apparaissant ultérieurement et semblables à celle d’un infarctus. Les volontaires faisaient partie de l’étude Age Gene/Environment Susceptibility-Reykjavik Study (AGES-RS) et avaient été choisis au hasard parmi les années de naissance entre 1907 et 1935. Les chercheurs mirent au point des clichés IRM pendant 26 ans après le début de l’étude et se renseignèrent sur le dossier médical des patients concernant les maux de tête et les facteurs de risque cardiovasculaire.

On décela sur les IRM des lésions semblables à celles d’un infarctus chez 39 % des hommes et 23 % des femmes avec une ou plusieurs crises de migraine par mois. Après avoir pris en considération l’âge, le sexe et la durée du temps de suivi, on put déterminer un risque plus élevé de lésions cérébrales postérieures (Odds ratio 1,4) pour les patients avec migraine et aura à moitié de vie. Des lésions dans le cervelet – et pas dans d’autres régions du cerveau – apparaissaient clairement plus souvent chez les femmes avec migraine et aura. Ce dommage pouvait être constaté chez 23 % d’entre elles tandis qu’il n’apparaissait que chez 14,5 % des femmes sans maux de tête. Egalement après la prise en compte des facteurs de risque cardiovasculaire, le risque des migraineuses avec aura était élevé (Odds ratio 1,9), ce qui met en doute un rapport avec les facteurs de risque cardiovasculaire.

Un facteur de risque modifiable ?

Les chercheurs américains autour de Marcelo E. Bigal du Albert Einstein College of Medicine à New York aboutirent cependant à d’autres conclusions concernant les facteurs de risque cardiovasculaire chez les patients migraineux. Dans leur rapport paru dans la revue spécialisée Neurology, ils supposent qu’il est possible que la dépression corticale envahissante en tant que substrat probable de l’aura prédispose directement aux lésions ischémiques du cerveau. Les patients avec migraine en général et les patients avec migraine et aura en particulier présentent ainsi plus souvent des facteurs de risque cardiovasculaire, c’est la raison pour laquelle ils sont plus souvent touchés par des accidents vasculaires cérébraux et des incidents ischémiques.

Selon les recommandations de l’auteur, il faut prêter une attention toute particulière aux facteurs de risques modifiables chez les migraineux avec aura. On se demande si la migraine avec aura doit être considérée elle-même comme un facteur de risque pour le coeur et la circulation devant être traité de manière préventive par l’inhibition des fonctions plaquettaires par exemple. Cela devra faire l’objet d’autres examens.

9 note(s) (3.89 ø)
Non classé

Comments are exhausted yet.

2 commentaires:

docteur cheikh belkhiati
docteur cheikh belkhiati

les facteurs de risques modifiables(tabac,sédentarité,etc.)représente un volet de la prévention dans la maladie vasculaire(diabète,Hta),mais je ne vois pas le rapport entre ces risques modifiables et la migraine avec aura

#2 |
  0
Docteur Gilbert Abetel
Docteur Gilbert Abetel

Problème fréquent, article intéressant qui donne un éclairage nouveau et encourage à traquer les facteurs de risque

#1 |
  0


Langue:
Suivre DocCheck: