Triclosan : Le côté sale du savon

20. janvier 2015
Share article

En raison de son effet antibactérien, le Triclosan est ajouté à de nombreuses lotions de lavage et produits nettoyants. Des études récentes indiquent que la substance pourrait également favoriser le cancer du foie. Le personnel hospitalier est celui qui s’expose le plus au risque.

Les effets secondaires du Triclosan ne sont plus vierges. Depuis plusieurs années, le composé antimicrobien synthétique apparaît régulièrement dans les gros titres. En 1972, le Triclosan est ajouté aux lotions de lavage désinfectantes pour les mains pour le personnel hospitalier sur le marché ; depuis 1998, les preuves de ses effets nocifs s’accumulent. Néanmoins, au cours des vingt dernières années, la substance a de plus en plus trouvé sa place dans de nombreux objets d’usage quotidien. Le Triclosan se trouve dans les produits cosmétiques, le dentifrice, les nettoyants ménagers, les détergents, les vêtements de sport et des ustensiles de cuisine.

Il existe déjà de nombreuses indications sur le fait que le Triclosan pourrait être très discutablement bénéfique pour la santé humaine et l’environnement : dans les nettoyants faciaux, le rôle du Triclosan est de s’assurer que la bactérie potentiellement pathogène Staphylococcus aureus ne puisse plus se loger dans le nez humain. En cas d’opération chirurgicale ou de système immunitaire faible, le taux d’infection peut augmenter. Dans les tests de laboratoire, le Triclosan a stimulé la croissance des cellules cancéreuses du sein. Des expériences sur animaux ont également montré que le Triclosan peut affecter la fonction des muscles et le système endocrinien. La substance synthétique peut être détectée dans le sang, l’urine et le lait maternel de nombreux participants aux études.

Foie plus gros, cellules en division active

Une étude récente sur des souris a fourni des preuves que le Triclosan pourrait causer des dommages au foie en cas de contact à long terme et peut favoriser le développement de cancers du foie. Pour vérifier que le Triclosan affecte le foie, les chercheurs ont nourri des souris jeunes pendant huit mois avec des aliments contenant du Triclosan, les animaux témoins ont reçu le même régime sans Triclosan. Ensuite, les chercheurs ont examiné les foies des animaux. Le résultat : le foie de souris nourries avec du Triclosan était exceptionnellement gros. En outre, à l’intérieur de la cellule, des gènes qui stimulent la division cellulaire dans le foie étaient activés. Ce processus peut entraîner une fibrose hépatique, écrivent les chercheurs. La fibrose hépatique peut à son tour augmenter le risque de cancer du foie. En effet, quand au cours d’une fibrose hépatique, le tissu du foie est converti en collagène, cela affecte la fonction du foie, écrivent les chercheurs. Pour tester leur hypothèse, ils ont donné aux souris-Triclosan et -contrôle un médicament cancérigène. Chez les animaux Triclosan, les tumeurs étaient plus volumineuses et plus nombreuses que chez les animaux-contrôle.

Les résultats ne sont pas simplement transférables

La dose de Triclosan correspondant à cette expérience transférée à l’homme est de 0,05 mg par kg de poids corporel. Cela correspond à environ un gramme de dentifrice contenant du Triclosan à 0,3 pour cent. « Mais une grande partie est évacué après une courte période », écrivent les chercheurs. Les résultats de l’expérimentation animale ne peuvent donc être transférés directement à l’homme. « Toutefois, comme le Triclosan est presque omniprésent, des atteintes au foie chez l’homme ne peuvent pas être exclues. » Des études à long terme apporteront plus de clarté, expliquent les scientifiques.

Depuis longtemps dans la chaîne alimentaire

Le Triclosan dans les eaux usées peut être réduit en méthyl-Triclosan, qui a une demi-vie beaucoup plus longue dans l’environnement. Le méthyl-Triclosan est également potentiellement accumulé en quantité très élevée dans toute la chaîne alimentaire des organismes vivants, selon le site Web de l’Institut fédéral pour l’évaluation des risques allemand (BfR). Aux Etats-Unis, le Triclosan est septième sur la liste des substances qui sont le plus souvent rapportées dans les rivières de l’Amérique. Le Triclosan se retrouve aussi de manière prouvée dans les fluides corporels de la faune. Avec un volume de production mondiale annuelle d’environ 1500 tonnes, cela n’est guère surprenant.

Le Triclosan pénètre dans le fœtus

La bonne nouvelle : le Triclosan apparemment ne s’accumule pas dans le corps. « Quand le corps n’est plus exposé à la substance, le Triclosan est évacué assez rapidement. Mais comme la substance est produite presque universellement, l’exposition est omniprésente », explique le Dr Rolf Halden de l’Arizona State University. Sous sa direction, une équipe de scientifiques avait examiné l’exposition au Triclosan des femmes enceintes et de leur fœtus. « Nous avons trouvé du Triclosan dans l’urine de toutes les femmes enceintes qui ont participé à notre étude. En outre environ la moitié des échantillons de sang de cordon a été positive. Cela signifie que le Triclosan est probablement également présent dans le fœtus », selon le scientifique Dr Benny Pycke.

Médecins et infirmiers particulièrement à risque

Le personnel hospitalier, qui se nettoie régulièrement les mains avec des lotions de lavage antibactériennes, accumule beaucoup de Triclosan dans le corps. Ce sont les résultats d’une étude sur les employés de deux hôpitaux qui soit utilisent pour se laver les mains un détergent avec une teneur en Triclosan de 0,3 pour cent ou tout simplement du savon et de l’eau. Les employés qui ont utilisé le nettoyant contenant du Triclosan ont régulièrement eu beaucoup plus de Triclosan dans l’urine que le groupe du savon.

Quoiqu’il en soit, dans toute l’Europe, depuis 2010, le Triclosan ne peut plus être utilisé dans les aliments et les matériaux qui entrent en contact direct avec les aliments. En 2012, une équipe de recherche germano-slovaque lui a concédé la sixième place des substances les plus problématiques en Europe. BfR a mis en garde depuis plusieurs années contre l’utilisation de cette substances dans les détergents et les textiles et la Food and Drug Administration des États-Unis revoit le rapport bénéfice-risque de la substance. Il reste à voir si cela conduira à des directives plus strictes.

 

 

12 note(s) (3.25 ø)

Comments are exhausted yet.



Langue:
Suivre DocCheck: