Conditionnement : Pavlov contre la douleur

5. septembre 2014
Share article

Des maux de tête qui s’améliorent brusquement lorsque le téléphone sonne : on dirait de la magie, mais ce n’est que du conditionnement. Des scientifiques ont pu récemment prouver que cela fonctionne aussi pour la douleur, ouvrant de nouvelles stratégies de traitement pour les patients en souffrance.

Les chiens de Pavlov étaient les fameux chiens pour lesquels à chaque repas sonnait une cloche. Après un court laps de temps, la sonnerie de la cloche suffit pour stimuler le flux de salive chez les animaux – ils étaient conditionnés, et leur maître expérimentateur obtint même le prix Nobel en 1904 pour ses recherches. Un conditionnement similaire pourrait aussi aider les personnes souffrant de douleur chronique, comme des scientifiques ont pu récemment le montrer dans une expérience qui a été publiée dans la revue PLoS ONE.

Le principede « la-douleur-déplace-la-douleur »

Il est connu depuis longtemps qu’une nouvelle douleur peut quasiment remplacer une douleur préexistante. Si on se coince un orteil dans une porte, cela fait moins mal si cela est lié à un coup de marteau sur le pouce. Dans ce processus, le système nerveux humain bloque la première douleur pour accorder plus d’attention à la deuxième douleur plus pertinente. Les scientifiques ont maintenant combiné le principe de « la-douleur-déplace-la-douleur » avec l’effet pavlovien – mais avec un truc. Parce que bien sûr, générer une nouvelle douleur pour distraire le corps de l’ancienne apporte peu de secours aux patients souffrants.

Choc électrique au pied

32 personnes ont participé à l’expérience des scientifiques du Luxembourg et des États-Unis. Afin de produire une première douleur, les sujets ont reçu des chocs électriques légers mais douloureux sur le pied. L’intensité de la douleur a été enregistrée par les scientifiques en faisant évaluer la douleur perçue sur une échelle de 1 à 10 par les sujets et en mesurant les effets de la sensation de douleur comme, par exemple, des contractions musculaires.

Main dans l’eau glacée

Comme second stimulus de douleur, les chercheurs ont utilisé de l’eau glacée, dans laquelle on a demandé aux sujets de plonger une main après le choc électrique au pied. Comme prévu, le stimulus de douleur quittait le pied. Et maintenant, l’effet pavlovien entre en jeu : certains des participants à l’expérience entendirent dans un casque la sonnerie d’un téléphone tout en plongeant la main dans le seau d’eau glacée.

Six séquences seulement étaient suffisantes chez ces sujets pour que la sonnerie du téléphone soulage la douleur dans le pied. Par rapport au groupe de contrôle sans sonnerie, la sensation de douleur de ces sujets n’était pas seulement subjectivement plus faible, mais aussi de manière objective, les signes physiques de la douleur comme les tressaillements ou les grimaces étaient moindres.

Résultats pour la gestion de la douleur

« Nous avons montré qu’un effet tel que la réponse physiologique de salivation des chiens de Pavlov existe aussi à l’égard de la possibilité de cacher la douleur chez l’homme », a déclaré Fernand Anton, professeur de psychologie biologique à l’Université du Luxembourg. « À l’inverse, des effets d’apprentissage peut-être similaires jouent un rôle pour augmenter et maintenir la douleur chez certains patients », ajoute Raymonde Scheuren, chercheur responsable de cette étude. Cela signifierait que les gens peuvent aussi s’entraîner à ressentir une douleur plus forte en fonction de signaux. Les deux conclusions pourraient jouer un rôle important dans la gestion de la douleur. Mais les scientifiques doivent d’abord clarifier combien de temps un tel conditionnement de la douleur persiste chez les humains. C’est sur cette problématique que les chercheurs autour d’Anton travaillent actuellement.

8 note(s) (4.63 ø)

Comments are exhausted yet.

1 commentaire:

Dr F.LANGINIER
Dr F.LANGINIER

En ce qui me concerne je suis étonné qu’on ne le démontre que maintenant.
En hypnose médicale on utilise cette méthode depuis longtemps ça s’appelle l’ancrage. Par exemple au cours dune crise migraine il suffit que le sujet fasse un geste (pouce et index reliés par exemple ) pour que la douleur diminue voire la migraine disparaître. Pas besoin que le patient se mette en hypnose c’est quasi immédiat. En revanche il faut avoir été hypnotisé pour mettre l’ancrage en place.
Pour l’anecdote Pavlov a fait la promotion de l’hypnose en Russie…

#1 |
  0
Langue:
Suivre DocCheck: