Rêve lucide : Spielberg dans la nuit

20. août 2014
Share article

Pris dans un rêve. Cette phrase ne s’applique pas aux rêveurs lucides, parce qu’ils prennent alors la direction et peuvent créer un film dans leur sommeil. Un groupe de recherche vient de découvrir que les rêves lucides peuvent être activés par stimulation électrique.

Un être humain passe en moyenne environ six ans à ordonner son cerveau. Selon ce que croient plusieurs chercheurs, les rêves aident à rejouer les souvenirs des expériences de la journée passée. Dans ce cadre, l’organe pensant supprime les passages inutiles et archive les moments précieux. Mais les chercheurs sur les rêves ne sont pas si sûr du sens du rêve, rêve qui se retrouve également dans le règne animal chez des espèces supérieures. Ils souhaiteraient aussi savoir comment les cauchemars surviennent et comment les arrêter dès que possible.

Directeur de rêve

Dans la plupart des cas, nous ne faisons que subir les actions de ce film. Cependant, environ la moitié de la population a déjà connu au moins une fois un autre type d’expérience de cinéma dans son sommeil. Celui dans lequel le rêveur lui-même détermine l’action et décide comment se passe le voyage, mais en même temps est conscient qu’il n’est pas éveillé. Les rêves lucides ont longtemps été considérés comme des chimères. La possibilité avec ces rêves d’à la fois se prémunir du stress et de s’entraîner aux tâches les plus complexes de la vie quotidienne les rend maintenant intéressant pour la médecine et la psychiatrie.

Le programme de rêve lucide commence, comme les rêves involontaires, principalement au cours des stades de sommeil PMO (phase de mouvements oculaires), qui déterminent le sommeil en particulier dans la seconde moitié de la nuit. Ursula Voss de l’Université de Francfort réalise de manière intensive des travaux sur le rêve lucide. Elle croit que le rêve lucide a surtout à voir avec la maturation du cerveau : « Les enfants et les jeunes ont souvent des rêves lucides. » Ce sont les résultats d’une étude sur plus de 800 enfants et adolescents. Avec la puberté, la fréquence de ces rêves diminue. Voss spécule que le rêve lucide est étroitement lié à la mise en réseau du lobe frontal avec le reste du cerveau ; un processus qui se produit tardivement dans le développement du cerveau. Le rêve lucide reproduit la mise en réseau pendant le sommeil. Chez les adultes, les rêves lucides seraient relativement rares, parce que chez eux les connexions sont désactivées au niveau du lobe frontal pendant le sommeil.

Ondes gamma de 40Hertzrenforcées

Grâce aux études précédentes, il était déjà connu que ce genre de rêve réaliste est accompagné par une augmentation de l’activité des ondes gamma qui atteignent une fréquence d’environ 40 Hertz principalement dans les régions frontales et temporales du cerveau au cours de l’EEG. Cependant, la relation de causalité entre le rêve et ce motif d’EEG est restée cachée jusqu’aux découvertes actuelles du groupe de Francfort. Chez 27 patients, tous sans expérience de rêve lucide, les scientifiques induisirent par une technique non-invasive ces ondes cérébrales. Pour ce faire, ils appliquèrent trois minutes après le début de la phase de sommeil paradoxal une stimulation électrique transcrânienne correspondant à un champ électrique autour de 2 à 100 Hz. Peu de temps après, l’expérimentateur réveilla les patients et leur posa des questions précises sur leurs rêves. À des fréquences de 25 Hz et 40 Hz, les sujets rapportèrent des expériences de rêve qui sont typiques des rêves lucides. Le sujet avait alors à la fois le rôle de directeur et de spectateur qui regarde le héros dans ses aventures. Les ondes gamma typiques se sont intensifiées en particulier à 40 Hz. Chez les personnes qui avaient déjà des expériences de rêve lucide, cet effet fut renforcé.

Les ondes gamma de 40 Hz sont normalement peu produites durant le sommeil PMO et sont, en état de veille, associées à des fonctions exécutives. Les auteurs de l’article dans « Nature Neuroscience » croient que certains interneurones génèrent ces ondes. Ces nerfs relient des réseaux corticaux qui sont responsables de la transformation des sensations selon des études chez l’animal. Il semble que ces ondes gamma peuvent être générées par stimulation électrique et sont impliquées de manière déterminante dans la production de rêve lucide.

Contrôle indépendantde la phase desommeilet de rêve

Dans la plupart des cas, les gens rêvent pendant les phases de sommeil PMO. Le contrôle des phases de rêve et de sommeil se produit en grande partie indépendamment l’une des autres, comme le Sud-Africain Mark Solms de l’Université de Cape Town le découvrit il y a environ 15 ans dans des expériences avec des patients victimes d’AVC. En conséquence des dommages neurologiques dans le cerveau, la phase PMO ne se produisait plus durant le sommeil, mais les patients rêvaient toujours. Dans le lobe frontal, siège de la « pensée logique » en état de veille, il ne se passe presque rien du tout durant la phase PMO en cas de rêve « normal », dit Martin Dresler de l’Institut Max Planck de Psychiatrie de Münich. Dans les centres qui traitent les émotions mais aussi les impressions visuelles, il y a de l’agitation.

À leur tour, les résultats du groupe de travail d’Ursula Voss montrent à quel point les rêves sont déconnectés de la réalité : les gens avec un handicap physique, par exemple une paralysie, mais aussi les sourds-muets, rêvent comme les personnes non handicapées. Leur handicap apparaît à peine dans leurs rêves. Il est probable que dans ces régions, le traitement du stimulus prédéterminé est déjà programmé et n’est pas influencé par un handicap physique, au moins pendant le sommeil.

Formationdans le sommeil

Les études de Daniel Erlach au sein des universités de Heidelberg et de Berne montrent que ces modèles de traitement de stimulation au cours du rêve lucide peuvent aussi être utiles dans la vie en dehors des phases de sommeil. Il a étudié environ 800 athlètes. Près d’un sur dix utilise les rêves lucides pour répéter les habitudes de déplacement complexes dans la pratique de son sport. Bien que le cerveau pendant le sommeil bloque presque tous les muscles (à l’exception des muscles respiratoires et oculaires), il peut suivre certaines procédures de « formation » puis fonctionner beaucoup mieux pendant la journée. Celui qui en tant que nageur dans un rêve n’a pas à s’occuper de l’eau qu’il avale ou pour un athlète de geler au cours de l’hiver pourrait bénéficier encore plus des dernières découvertes, quand ces rêves lucides peuvent être provoqués par stimulation ciblée.

Cela est également vrai pour les personnes ayant des cauchemars ou des patients dépressifs pour lesquels un traumatisme non traité revient continuellement dans leur sommeil. Après tout, huit pour cent de la population à des cauchemars occasionnels ou même constants. La reprogrammation des rêves sans volonté à des rêves lucides pourrait ainsi devenir une option de traitement supplémentaire. En effet, les programmes de formation existants contre de telles charges psychologiques pendant le sommeil n’ont jusqu’à présent pas toujours été couronnés de succès. Si l’on pouvait quasiment laisser au rêveur la direction de son rêve en appuyant sur un bouton, alors les drames nocturnes pourraient avoir une fin heureuse.

5 note(s) (4.4 ø)

Comments are exhausted yet.

Langue:
Suivre DocCheck: