Emotions : mais où est localisée la colère ?

20. mars 2014
Share article

Quand vous êtes sérieux, devenez-vous « froid » ? L’excitation vous noue l’estomac ? Alors, vous n’êtes pas seul. Ainsi, les émotions peuvent être situées dans le corps. Les scientifiques finlandais ont publié une carte des émotions.

Il existe des expressions comme « être froid », « avoir des papillons dans le ventre », « briser le cœur » et d’autres encore. Mais jusqu’à présent, ces phrases ne faisaient que décrire un certain sentiment. Ainsi, des chercheurs finlandais examinèrent de plus près où les sentiments ont agissent sur le corps. Les chercheurs autour de Lauri Nummenmaa interrogèrent au cours de cinq expériences 700 personnes en provenance d’Europe du Nord et de Taïwan. Avec l’aide de mots chargés d’émotion, des images, des films ou des histoires, des sentiments furent suscités chez les sujets. Enfin ils marquèrent sur la représentation d’une silhouette dans quelles régions du corps les activités ont été augmentées ou diminuées.

14 états émotionnels cartographiés

Ensuite, à partir de ces informations, les scientifiques créèrent une carte du corps sur laquelle les sensations stimulées ou atténuées ont été localisées. Il est intéressant de voir que pour chaque ressenti, il y a une image caractéristique : le bonheur coule à travers tout le corps, la colère ne couvre que le haut du corps et les mains. Les sentiments dépressifs refroidissent l’ensemble du corps, tandis que la honte fait – littéralement – rougir le visage. Ainsi, les scientifiques purent décrire 14 états différents qui ont été récemment publiés dans la revue PNAS.

Emtionen_imText

Copyright: Image courtesy of Lauri Nummenmaa and the National Academy of Sciences

Un ancien modèle biologique

La comparaison des cartes des européens et des taïwanais montra que les images se ressemblent. De ce fait, les chercheurs concluent que les perceptions du corps ne se font pas seulement selon les cultures, mais qu’il y a aussi une base biologique. Peut-être les sentiments ont-ils aidé nos ancêtres à mieux évoluer dans leur environnement, par exemple, en faisant la distinction entre ami et ennemi, ou même pour détecter les maladies.

Un meilleur diagnostic de la souffrance mentale

Mais comment cette connaissance peut-elle être utile pour les médecins et autres soignants ? Les chercheurs finlandais espèrent que les résultats pourront être utilisés dans le diagnostic de la souffrance mentale. Un médecin qui a une bonne compréhension de la façon d’exprimer les sentiments dans le corps, par exemple, peut mieux reconnaître la dépression ou les troubles anxieux. De même, la connaissance des caractéristiques des émotions pourrait être utile chez les patients qui ne peuvent pas encore décrire les symptômes de manière différenciée, tels que les enfants. Ainsi, un accès sur les sensations du corps pourrait aider à faire la lumière sur une maladie sous un angle différent et/ou la diagnostiquer.

Les émotions et leur influence sur le métabolisme

En principe, cette approche est intéressante car, bien évidemment, les réactions du corps peuvent être constamment contrôlées par certains sentiments et sensations. Ainsi, par ricochet, le métabolisme pourrait aussi être influencé par des sentiments spécifiques. L’idée n’est certes pas récente – de nombreux coachs, avec la devise « le rire soigne » ou « l’humour aide à guérir » sont entrés dans cette brèche. Mais il semble effectivement y avoir quelque chose. Le Pr. Dr. Achim Peters explique dans son livre « Das egoistische Gehirn » (Le cerveau égoïste) pourquoi le métabolisme du glucose peut dérailler et comment il se fait que le stress chronique fasse grossir ou rende dépressif. Et le Pr. Dr. Tobias Esch explique dans « Die Neurobiologie des Glücks » (La neurobiologie du bonheur) quels processus rend le cerveau « heureux ou malheureux » et comment, en particulier, les médecins et les thérapeutes peuvent l’influencer. Les médecins, par exemple, précisent souvent avoir le meilleur travail possible, car ils peuvent aider d’autres personnes. Dans le même temps, cela ne coïncide pas avec les contraintes de la vie quotidienne et l’observation que même les médecins et les thérapeutes sont touchés par l’épuisement professionnel, la dépression et d’autres souffrances liées au stress.

Le bonheur comme matière scolaire

Pourquoi est-ce vraiment si difficile d’être satisfait de soi-même et de sa vie afin d’être heureux ? Apparemment, nous ne l’apprenons plus. Même à l’école, la pression et les attentes sont si élevées que les enfants et les enseignants sont brisés et tombent malades. La « matière scolaire Bonheur » qui a été introduite dans plusieurs écoles en Allemagne et en Autriche voudrait se positionner à ce niveau. Le but de l’initiative est d’augmenter le bien-être à l’école (pour les enseignants et les écoliers) et d’apprendre à mieux faire face aux défis de la vie. Nous devrions peut-être nous rappeler grâce à la carte des émotions combien il est agréable de ressentir les papillons dans l’estomac lorsque nous sommes heureux et nous laisser aller plus souvent à ce sentiment dans la vie quotidienne.

9 note(s) (4.33 ø)

Comments are exhausted yet.

Langue:
Suivre DocCheck: