Capteurs de radicaux : l’antihypertenseur contre la sclérose en plaque

20. janvier 2011
Share article

La substance toxique acroléine pourrait être une cause majeure de la sclérose en plaque. La toxine est présente dans la fumée du tabac et les gaz d'échappement; le corps peut cependant aussi en produire. Un médicament potentiel est l'antihypertenseur hydralzine.

Peu de personnes connaissent l’acroléine. D’autres termes employés pour la nommer ont l’air déjà plus dangereux : propenal, acrylaldéhyde ou bien encore aqualine. Elle apparaît lors de l’oxydation de liaisons organiques, par ex. lors de la combustion de graisses du fait d’une surchauffe, et est présente dans les gaz d’échappement des voitures à gazole et la fumée de tabac. L’acroléine sent très mauvais et est très toxique.

Mais le corps peut aussi fabriquer lui-même la liaison quand les cellules nerveuses sont endommagées suite à des blessures ou des maladies. L’acroléine est considérée comme cancérigène et neurotoxique d’après des connaissances récentes.

Le stress oxydatif comme cause principale de la sclérose en plaque

Riyi Shi, un neuroscientifique de l’université de Purdue, et ses collaborateurs trouvèrent un taux d’acroléine plus élevé de 60 % dans le tissu de la moelle épinière chez des souris avec une encéphalomyélite auto-immune produite de manière expérimentale. Ils supposent qu’il en va de même chez les personnes avec une sclérose en plaque (SP).

Avec beaucoup d’autres experts, ils sont d’avis que le stress oxydatif est la cause principale de la SP. Cela confirme un bon nombre d’études et d’analyses sur le sujet. Les macrophages primaires produisent ainsi des quantités excessives d’oxygène réactif qui est considéré comme médiateur de la démyélinisation et de l’endommagement axonal dans le cas de la SP. Des radicaux libres endommagent des composants cellulaires comme les lipides, protéines et acides nucléiques avec pour conséquence la mort cellulaire. Le dommage augmente probablement du fait de l’apparition commune de la défense antioxydante cellulaire affaiblie dans le système nerveux central et de la vulnérabilité vis-à-vis du stress oxydatif. On suppose que la thérapie antioxydative pourrait être une solution.

L’hydralazine comme capteur de radicaux

L’acroléine entretient apparemment le stress oxydatif en induisant la production de radicaux libres. On peut toutefois relativement facilement rendre le poison inoffensif. Déjà dans des études préalables, Shi et ses collègues avaient découvert que l’hydralazine combat la mort des cellules nerveuses du fait de l’acroléine. L’hydralazine est non seulement un vasodilatateur mais aussi un capteur de radicaux. Il se lie à l’acroléine et neutralise le poison. Chez les animaux atteints de sclérose en plaque, l’hydralazine retardait le début de la maladie et réduisait la gravité des symptômes. Il n’y eu pas d’effets secondaires, également en raison du fait qu’une posologie très faible suffisait pour lier l’acroléine.

Ceci augmente l’espoir chez les chercheurs de pouvoir bientôt développer de nouveaux traitements neuroprotecteurs qui soient rapidement acceptés à l’hôpital. Après la thérapie avec l’hydrazaline orale, les chercheurs purent observer que les valeurs de l’acroléine se réduisaient de moitié chez les souris atteintes de sclérose en plaque. Il serait possible que l’hydralazine soit aussi adaptée à une thérapie à long terme pour les patients souffrants de sclérose en plaque.

On envisage d’autres examens

On sait que l’hydralazine est un capteur de radicaux libres efficace se liant à l’acroléine et qui est depuis des années par exemple l’objet d’une étude de scientifiques australiens. Un autre groupe de chercheurs avait dernièrement démontré que l’acroléine endommage aussi les cellules hépatiques. L’hydralazine était efficace aussi dans ce cas.

D’autres examens doivent maintenant servir à l’identification d’autres substances qui se lient à l’acroléine et à l’amélioration de la sensibilité des méthodes de recherche pour mesurer la toxine chez les patients ayant une sclérose en plaque.

6 note(s) (4.17 ø)
Non classé

Comments are exhausted yet.

2 commentaires:

merci,
excellent article . reste à verifier

#2 |
  0
M. jean-Marie Bostvironois
M. jean-Marie Bostvironois

A ton avis, est-ce que cela pourrait être intéressant pour Genevièvre?

#1 |
  0
Langue:
Suivre DocCheck: