Anaphylaxie : Maja, la méchante abeille …

3. juin 2011
Share article

L’été précoce est aussi la période des insectes volants qui nous agaçent. Les piqûres d’insectes sont normalement inoffensives ; elles peuvent toutefois être dangereuses dans certains cas. La létalité d’une réaction anaphylactique est extrêmement forte. L’arsenal des médicaments employés n’est pas toujours de bon secours.

On évalue à près de 250 le nombre des personnes qui meurent d’un choc anaphylactique tous les ans. Étant donné que les anaphylaxies ne sont pas identifiées dans beaucoup de cas, elles ne sont donc pas convenablement traitées. C’est la raison pour laquelle on peut supposer que ce chiffre est en vérité beaucoup plus élevé.
Il n’y a jusqu’à présent pas de données précises car il n’existe aucune obligation de déclaration en Allemagne. Le centre d’allergie Charité à Berlin a créé un système de signalisation qui permet de recenser le plus de réactions anaphylactiques possibles dans la zone germanophone. Selon les données de la directrice du registre, le Professeur Margitta Worm, plus de 60 centres spécialisés sur l’allergie en Allemagne, Autriche et Suisse participent à la collecte des données. Les données sont rendues anonymes et peuvent être décodées de nouveau après coup par le centre traitant. Les allergologues indépendants et les médecins de famille peuvent aussi participer au système de signalisation d’anaphylaxie. La collecte des données forme une base pour l’amélioration du diagnostic, du traitement et de la prévention des anaphylaxies et donc finalement à celle des soins aux patients.

Les déclencheurs les plus courants des anaphylaxies sont, à près de 40 %, les piqûres d’insectes dont presque 60 % sont celles de guêpes. En Allemagne, les agents déclencheurs d’une allergie au poison d’insectes sont uniquement les hyménoptères, avant tout les abeilles, les bourdons et diverses espèces de guêpes dont les frelons font partie. Le dard a fait son apparition dans le courant de l’évolution de l’oviducte. Les hyménoptères mâles veulent donc seulement jouer; ils ne peuvent pas piquer. Comparés aux abeilles, les guêpes ont un dard plus court et une musculature plus puissante. C’est la raison pour laquelle elles peuvent retirer la plupart du temps le dard de la peau et piquer de nouveau. Les guêpes sont myopes; c’est la raison pour laquelle elles s’approchent très près. Souffler sur elles ou agiter la main est considéré comme une attaque et elles se défendent. Sont contenus dans le poison des amines biogènes, des polypeptides, de la kinine et des enzymes. La partie principale est composée d’histamine, d’adrénaline et d’acétylcholine. Le poison contient également de la sérotonine et de la dopamine mais une piqûre ne rend cependant pas heureux. « Trois frelons peuvent tuer un homme et 7, un cheval »; cette opinion communément répandue est fausse. En cas d’allergie, une piqûre suffit.
Selon la directive actualisée de la société allemande spécialisée sur « les réactions anaphylactiques nécessitant une thérapie d’urgence », une anaphylaxie grave existe quand, mis à part des symptômes cutanés, des vomissements, un bronchospasme, une cyanose, un état de choc (grade III) ou bien encore une apnée ou un arrêt de la circulation sanguine (grade IV) se manifestent.

De l’adrénaline et refroidir en cas de réactions locales

Les réactions allergiques après des piqûres de moustiques ou de taons sont rares. Un gonflement important peut toutefois apparaître à l’endroit où l’insecte a piqué en fonction de la quantité de poison. On ne peut jamais estimer de manière optimale la réaction des personnes allergiques qui réagissent fortement et qui ne sont pas en forme. Il reste toujours un risque. Dans le cas des piqûres d’abeilles ou de guêpes dans la gorge, il faut agir tout de suite. Attendre de voir si la situation s’aggrave peut coûter la vie au patient. Chez les enfants notamment, la trachée peut gonfler en l’espace de quelques minutes. Appeler immédiatement le médecin d’urgence, refroidir avec de la glace à l’intérieur et à l’extérieur. De l’adrénaline devrait être immédiatement pulvérisée dans la gorge si le spray est à disposition. Certes, de la cortisone par voie intraveineuse apporte un soulagement mais elle agit avec retardement.

Des antihistaminiques ou du calcium ?

L’efficacité des antihistaminiques oraux ou bien du calcium est controversée en cas d’urgence. Les ions calcium sont intégrés dans la libération de l’histamine provenant des mastocytes. Si le canal calcium est ouvert, l’histamine allergène des mastocytes dégénérés peut déborder. Si l’on veut procéder de manière antiallergique, il faudrait alors supprimer le calcium. Les stabilisateurs de mastocytes comme le cromoglycate de sodium protègent les mastocytes contre une surcharge en calcium. AUCUN médicament contenant du calcium ne mentionne de réaction allergique ou anaphylactique dans ses informations médicales. Les compléments alimentaires recommandent aussi seulement un « régime alimentaire riche en calcium » et évitent le mot allergie. Il faut considérer comme un lyrisme publicitaire le fait qu’un soleil soit représenté sur de tels médicaments. Contrairement aux autres pays, l’emploi de calcium pour lutter contre l’allergie (prophylaxie) est largement répandu en Allemagne. Aucune étude (basée sur les faits) n’existe à ce sujet.

Les antihistaminiques de 2nde génération (loratadine, cétirizine) agissent comme antagonistes compétitifs et peuvent alors seulement s’amarrer au récepteur quand celui-ci est libéré de nouveau. L’histamine a la plus haute affinité. Les antihistaminiques de 1ère génération comme le dimétindène ne bloquent pas le récepteur mais mettent le complexe récepteur d’histamine complet sur « inactif ». Cela s’effectue rapidement et de manière très efficace; le prix à payer est malheureusement une forte sédation. Celle-ci n’est cependant pas souhaitable chez les patients aux urgences.

Une trousse de secours indispensable !

Il est effrayant de constater que seulement 3,4 % des patients détiennent une trousse de secours avec de l’adrénaline. Les allergiques qui ont déjà réagit fortement et de manière surprenante à un allergène sont particulièrement mis en danger dans le cas d’une anaphylaxie. Ces groupes de patients notamment ont besoin d’une trousse de secours qui serait très vite à portée de main en cas de douleurs aiguës. Les patients à risque devraient en tout cas toujours avoir une trousse de secours sur eux contenant une préparation avec de l’adrénaline en fonction du risque d’allergie. L’adrénaline peut être injectée elle-même avec un auto-injecteur par des personnes qui n’ont aucune notion médicale. Il existe de l’adrénaline à injecter soi-même dans différents dosages adaptés au patient. Il existe également des dosages adaptés pour les enfants. Un antihistaminique, de la cortisone (chez les patients asthmatiques/seulement en cas de suffocation) et un spray contre l’asthme font de plus partie de la trousse de secours. On doit régulièrement vérifier la date de péremption de tous les médicaments. La cortisone a besoin de 0,5 à 1 heure avant de faire effet. La directive recommande d’appliquer immédiatement de manière intramusculaire 0,3 à 0,5 mg d’adrénaline (chez les enfants 0,1 mg/10 kg de poids) à la face externe de la cuisse. Cette thérapie pourrait être répétée toutes les 10 à 15 minutes en fonction de l’action et des effets secondaires.

Les tests d’allergie sont raisonnables au plus tôt 3 semaines après la réaction allergique étant donné que le corps a consommé toutes ses provisions en IgE. On ne peut alors également pas faire de test sanguin (RAST) car il dépend aussi de la présence des anticorps.

Quand Maja, Willi & Co se servent de leur dard, des antihistaminiques et anesthésiques locaux ainsi que le refroidissement de la zone piquée soulagent. Des huiles essentielles comme l’arbre à thé ou la menthe ne sont pas recommandées. Après un refroidissement subjectif, l’hyperémie locale puis les démangeaisons deviennent plus fortes.

13 note(s) (3.38 ø)
Non classé

Comments are exhausted yet.

1 commentaire:

Paul-luc Pastor
Paul-luc Pastor

vous ne parlez pas des conditions de conservation des produits apres une ballade par 27°
reutilisation? changement de produit?
cordialement PLP

#1 |
  1
Langue:
Suivre DocCheck: