Maux de tête dus à l’articulation de la mâchoire : Casus Cracus

18. octobre 2013
Share article

Les patients ayant des céphalées non-définies souffrent souvent de troubles temporo-mandibulaires. Si l’articulation temporo-mandibulaire ne fonctionne pas correctement, la douleur cervicogénique peut être importante. Les chercheurs avancent sur les formes de thérapie possibles. Selon une étude, les thérapies oro-faciales peuvent aider dans ces circonstances.

Il y a peu d’essais randomisés sur la « thérapie manuelle du dysfonctionnement cranio-mandibulaire (DCM) ». Des scientifiques brésiliens autour de Betania Mara Franco Alves (Université de Minas Gerais) écumèrent les bases de données médicales telles que PubMed, Embase, la Cochrane Library et la Physiotherapy Evidence Database « PEDro » et arrivèrent à une conclusion qui donne à réfléchir : seules deux études de qualité moyenne purent être évaluées par les chercheurs. Les auteurs ne purent trouver suffisamment de preuves de l’efficacité de la thérapie manuelle dans le DCM.

Harry von Piekartz, Université d’Osnabrück, et Tony Hall, Curtin University of Technology, en Australie, donnèrent leur propre version de la question. Ils menèrent une étude contrôlée randomisée sur 43 patients leur permettant de savoir si une thérapie manuelle oro-faciale particulière peut aider dans le DCM.

Les chercheurs trouvèrent les participants à l’étude dans des cabinets de physiothérapie néerlandais. Tous les patients avaient auparavant des céphalées cervicogéniques diagnostiquées par un neurologue. Ils avaient un Neck-Disability-Index (NDI-index de capacité cervicale) d’environ 15 et souffraient en moyenne depuis plus de 4 ans de maux de tête. Les auteurs constatèrent dans leur étude que les patients présentaient au moins un signe de DCM.

« Crac-crac »

Environ un tiers des patients avaient même les 4 signes de DCM, à savoir des craquements articulaires, une asymétrie de plus de 2 mm à l’ouverture de la bouche, une liberté de mobilisation passive en cas d’ouverture de bouche passive inférieure à 53 mm et des douleurs lors de l’ouverture passive de la bouche (> 32 mm sur l’échelle analogique visuelle). Le plus souvent, le patient se plaint d’une douleur lors de l’ouverture de la bouche.

Les chercheurs mirent de manièrent aléatoire les patients dans deux groupes de traitement : 21 patients reçurent une thérapie manuelle ordinaire comme traitement standard. 22 patients furent en outre traités par une thérapie manuelle oro-faciale, à laquelle il fut rajouter des techniques servant à désensibiliser le système nerveux crânien. Le traitement eut lieu sur une période de 3-6 semaines. Tous les patients furent traités en 6 sessions de 30 minutes chacune. En outre, les patients reçurent des exercices comme « devoirs à la maison ».

Le groupe « oro-facial », grand bénéficiaire

Pendant le traitement, l’amplitude du mouvement (Range of motion – ROM) augmenta chez les patients traités par la thérapie oro-faciale, comme le montrèrent les chercheurs dans l’examen de suivi réalisé après 3 mois. En particulier, un plus grand degré de mouvement fut obtenu pour l’extension et la rotation de la tête. Ces améliorations n’étaient pas mesurables dans le groupe standard. Lors du suivi 6 mois après le début de l’étude, cependant, aucune amélioration dans le ROM du groupe oro-facial ne fut notée, indiquant que les améliorations se produisent uniquement lors d’interventions.

Ces résultats ne confirment donc qu’en partie les résultats de l’étude des chercheurs brésiliens : la thérapie manuelle classique en cas de DCM n’aide pas vraiment. Cependant la thérapie oro-faciale a l’air de fonctionner particulièrement bien.

Des études indiquent que les céphalées cervicogéniques et le DCM sont mutuellement dépendants. L’étude de Harry von Piekartz et Toby Hall donne ainsi un peu d’espoir aux patients : les maux de tête cervicogènes peuvent s’améliorer quand une DCM – si possible non détectée auparavant – est traitée par thérapie manuelle oro-faciale.

11 note(s) (3.82 ø)

Comments are exhausted yet.



Langue:
Suivre DocCheck: