Les vieillards peuvent encore surprendre

20. juin 2011
Share article

Beaucoup pensent que les performances physiques décroissent rapidement au plus tard à partir de 35 ans. C’est une erreur ! La force et l’endurance disparaissent si lentement que même les personnes âgées peuvent réaliser des prouesses. Ce n’est pas l’âge mais la manière de vivre qui est un problème.

La performance d’endurance décroit soi-disant de 15 % tous les 10 ans après 30 ans. On dit qu’il en va de même pour la force et la rapidité. Pourtant, même les personnes âgées peuvent accomplir d’énormes performances physiques. Selon l’historien, le Professeur Robert Lane Fox, des auteurs de l’antiquité racontaient ainsi que des soldats d’élite d’Alexandre le Grand – les écuyers macédoniens – réalisaient des marches quotidiennes dans le désert de plus de 30 km et ceci même à plus de 60 ans – avec tout le paquetage et l’armement évidemment. Tout aussi étonnant : la performance du Japonais Yuichiro Miura qui monta en haut du Mont Everest en mai 2003 à l’âge de 70 ans. Mais il y a encore mieux : en 2008, un homme de presque 77 ans se tenait sur le plus haut sommet du monde avec le népalien Min Bahadur Sherchan.

Vieux ne veut pas dire malade

Le scientifique finnois, le Professeur Harri Suominen, a par exemple analysé ce qu’il est encore possible de faire physiquement à un âge avancé. L’une de ses questions principales était de savoir si c’est effectivement l’âge lui-même qui fait disparaître les forces ou bien si les véritables coupables ne sont pas les phénomènes, avant tout les maladies qui vont souvent mais pas obligatoirement avec l’âge. Le scientifique finnois s’est ainsi penché sur les records du monde d’athlétisme dans différentes classes d’âge. Une raison de ce choix était bien entendu que les détenteurs de tels records mondiaux comme par exemple le 100 mètres ou le marathon sont, selon toute probabilité, en pleine forme et ne souffrent ni de surpoids, ni de maladies cardiaques. Le Dr. Urho M. Kujala, un collègue de Suominen, rapporte que cela ne dépend bien entendu pas seulement de la manière de vivre mais aussi des gènes comme on le sait.

Un « Speedy Gonzales » même à 70 ans

Les résultats de l’analyse sont vraiment étonnants : avec l’âge, les performances des hommes comme des femmes sont certes plus faibles mais elles décroissent seulement très lentement; seulement à un âge avancé (plus de 70 ans), les différences avec les supers athlètes de 30 à 40 ans sont vraiment importantes. Toutefois, les performances des athlètes plus âgés sont toujours au dessus de celles de la plupart des jeunes gens qui ne s’entraînent pas. Les candidats qui postulent pour une place à l’école supérieure de sport de Cologne doivent réussir, lors de l’examen d’aptitude, par exemple le 100 mètres en 13,4 secondes (pour les hommes) ou 15,5 secondes (pour les femmes) au maximum; une performance que tous les candidats ne réussissent pas. En comparaison : le record du monde dans cette discipline est, chez les hommes de la classe d’âge M70, de 12,77 secondes et chez les femmes de 14,76 secondes. C’est la même chose dans un autre type de course : le 3 000 mètres. Les aspirants doivent ici être à la ligne d’arrivée au plus tard après 13 minutes. Le record du monde chez les hommes de la classe d’âge M80 est actuellement de 11 secondes de plus. Et encore un exemple : le canadien Ed Whitlock courut à l’âge de 73 ans en 2004 à Toronto un marathon en moins de 3 heures, ce qui serait plus qu’un défi pour un sportif sain et qui ne s’entraîne qu’à moitié.

L’âge en soi n’est pas une raison pour aller à la vitesse de l’escargot

Selon Suominen, les données analysées montrent d’une part l’énorme plasticité de la capacité de performance corporelle et que celle-ci décroît seulement lentement. D’autre part, les données montrent que l’âge en soi n’est pas la cause la plus importante pour laquelle la capacité de performance baisse de manière relativement rapide chez la plupart des personnes. Ce qui est beaucoup plus important est apparemment – mis à part les conditions génétiques – avant tout notre manière de vivre. Une grande étude à l’acronyme PACE de scientifiques de l’école supérieure de sport de Cologne l’a aussi confirmé; elle fut publiée l’année dernière. À l’aide de plus de 900 000 temps durées de course de participants à un marathon et semi-marathon d’un âge compris entre 20 et 79 ans, les chercheurs autour du Professeur Dieter Leyk analysèrent les performances d’endurance des hommes et femmes plus sportifs. Grâce à des questionnaires, environ 13 000 coureurs de marathon et semi-marathon furent en outre interrogés entre autres sur le sport, leurs habitudes de vie et leur santé.

Voici un résumé des résultats les plus importants selon les scientifiques : aucune baisse de performance significative n’apparaît avant 55 ans. Les pertes de performance des seniors s’affaiblissent de moindre manière : 25 % des sportifs d’endurance entre 65 et 69 ans sont même plus rapides que la moitié des coureurs longues distances entre 20 et 54 ans.

« It’s never too late »

Les sondages auraient également montré que plus d’un quart des 50 à 69 ans auraient commencé leur entrainement seulement dans les 5 dernières années. La conclusion de Leyk et ses collègues : « Les pertes de performance au milieu de la vie sont à attribuer premièrement à un mode de vie inactif et non pas à un vieillissement biologique ». Autrement dit : il n’est jamais trop tard. Et cela vaut aussi pour la capacité de performance corporelle : chacun est maître de son destin. Un peu du moins.

8 note(s) (4 ø)
Non classé

Comments are exhausted yet.

1 commentaire:

Bonjour
Effectivement le mode de vie joue un role essentiel dans le maintien d’un bon niveau de performances malgré l’age.
La marche à pieds ,le choix de transport public à préférer à la voiture,montée des escaliers à prèferer à l’ascenseur.
Ce ne sont que qqs mesures sesceptibles de maintenir un bon niveau de perfo.
A 59ans et pratiquant jogging depuis 40ans,et de laculture physique deouis 23ans sans oublier la natation en saison d’été m’a permis de rester un peu en forme comparativement à mes congénaires.
Je pense que le volet est plus large car il y a aussi l’incontournable l’hygiene de vie compreanant l’alimentation,les habitudes(tabac,alcool..)les heures de sommeil et j’en passe.
Bien à vous Mesdames Messieurs

Maroc

#1 |
  0
Langue:
Suivre DocCheck: