Le confortable fauteuil de la mort

22. juillet 2011
Share article

L´inactivité  est bien connue pour être mauvaise pour la santé ; au contraire, l´activité physique augmente la durée de vie. Mais cela n´implique absolument pas de faire du sport. Ce serait déjà presque gagné si on évitait de passer trop de temps en position assise. En effet, la position assise apparaît comme réellement dangereuse.

L´inactivité physique induit une augmentation de la pression artérielle, du diabète, du surpoids ainsi que des stéato-hépatites non-alcooliques, tout cela accompagné d´une menace à vie d´athérosclérose cardiaque et cérébrale. Il n´est donc pas étonnant que le Professeur James Levine, endocrinologue américain de la „clinique Mayo“ de Rochester dise : „Rester assis est une activité tout simplement mortelle“. Levine se dédie depuis des années à des thèmes tels que le surpoids, la croissance tissulaire ou l´inactivité. Parmi les questions capitales auxquelles ses recherches tentent de répondre, on peut par exemple trouver : pourquoi malgré un apport calorique identique et une (apparente) activité physique similaire, certaines personnes continuent-elles à grossir, alors que d´autres restent minces. L´une des connaissances principales que Levine a obtenue au cours de ses recherches est que les personnes qui restent minces, sans le savoir, se déplacent plus, que ceux qui ont tendance à grossir. Cela a par exemple été observé lors d´expériences durant lesquelles les participants portaient des vêtements spéciaux contenant des capteurs qui enregistraient le moindre de leurs déplacements. Ainsi a-t-il découvert que les participants en surpoids restaient assis en moyenne deux heures de plus sur une chaise ou dans un fauteuil que les personnes de poids normal.

L´homme n´est pas fait pour rester assis !

Une étude épidémiologique (durée d´observation : 14 ans) publiée dans le « American Journal of Epidemiology » portant sur un échantillon de plus de 120 000 américains des Etats-Unis a montré à quel point rester assis est dangereux : les hommes qui restent quotidiennement assis 6 heures ou plus ont un taux de mortalité supérieur de 20 % par rapport à ceux qui restent assis sur leur postérieur au plus trois heures. Chez les femmes, la différence relative atteint même les 40 %. D´autres études ont confirmé ces résultats, ce qui permet donc à Levine de dire avec raison : « Une position assise maintenue de manière excessive est une activité mortelle ». Le problème est pourtant bien connu : un mode de vie où l´on est assis de manière prédominante, alors que cela n´a pas été prévu par l´évolution, est la norme dans les pays riches. Il n´est donc pas surprenant que Levine, dans un commentaire au journal « Diabetes » encourage ses congénères à se lever, au sens propre du terme. Son compagnon dans ce combat contre le confort, le Professeur Peter T. Katzmarzyk, du « Pennington Biomedical Research Center » de Baton Rouge, fulmine contre le mode de vie assis de nombreux habitants des pays développés et demande des mesures officielles – et bien sûr de nouveaux travaux de recherche (« Diabetes »), car de nombreuses questions restent sans réponses, comme par exemple sur le type de mesures publiques qui auraient le succès promis. Il est évidemment clair que l´homme est fait pour les déplacements et on pour rester assis.

Nous pouvons alors naturellement penser qu´une longue activité assise est compensée par une augmentation des activités sportives. Mais il semble que cela ne soit pas aussi simple. Le docteur Marc Hamilton, qui réalise des recherches sur la physiologie de l´inactivité depuis plusieurs années au « Pennington Biomedical Research Center » a indiqué dans le « New York Times » que rechercher à compenser les conséquences de l´inactivité par une augmentation de l´activité physique a aussi peu de sens qu´essayer d´amoindrir les effets néfastes de la cigarette par un jogging régulier. L´inactivité amène rapidement à une diminution massive de la consommation d´énergie, les effets de l´insuline diminuent après quelques jours, le niveau de cholestérol HDL décroît. Des personnes saines testées après 24 heures en position assise ont vu l´effet de l´insuline sur l´assimilation de glucose diminuer de 40%, ce qui correspond encore à une des conclusions des recherches de Hamilton. Ses collègues et lui écrivent dans le journal « Metabolism » que ces effets néfastes seraient d´autant plus importants que les apports énergétiques dépassaient les nécessités énergétiques ainsi réduites. Le Professeur John P. Thyfault, physiologiste de la nutrition et du sport de l´Université du Missouri qui a exploité des résultats de recherche déjà disponibles (« Current Opinion in Clinical Nutrition & Metabolic Care »), a confirmé que l´inactivité amène très rapidement à des changements potentiellement dangereux dans la croissance tissulaire. S´asseoir, que ce soit dans sa voiture, devant la télévision ou à un bureau serait une menace vitale selon le Professeur Wendell C. Taylor de l´Université du Texas, à Houston, dans une étude récapitulative actuelle pour lier la position assise avec la mortalité et la morbidité cardiovasculaire.

Inutile de transpirer à grosses gouttes

Heureusement, l´opposé de l´inactivité n´est pas le sport mais l´activité. Et ainsi, il serait déjà possible de tendre à être seulement un peu plus actif dans les années à venir, car le moindre mouvement, même faible, semble compter. Les études de Levine ont montré que les personnes en surpoids ne font que 1500 déplacements quotidiens et restent presque 10 heures assises. A l´opposé, les bûcherons jamaïcains, qui sont minces, font chaque jour 5000 déplacements et ne passent que 367 minutes assis selon James Vlahos, dans le « New York Times ». Des études réalisées par Katzmarzyk dans la communauté amish (Amish People) parmi lesquels, contrairement à leurs compatriotes, le surpoids et l´obésité ne sévissent pas, indiquent que les hommes font quotidiennement plus de 18000 pas et les femmes plus de 14000, soit le double du nombre de pas de la population générale.

Une petite pause (debout) s´impose

Lorsque l´on doit rester assis, on devrait donc essayer de pratiquer l´assise dynamique, et aussi bouger calmement sur sa chaise. Cela devrait aussi éviter les douleurs dorsales, comme l´écrit l´orthopédiste et médecin du sport Hannes Schoberth en 1989 dans son rapport « Orthopédie de l´assise ». Il est bien sûr encore mieux de se lever et de s´asseoir. En effet, le Dr Genevieve N. Healy de l´Université du Queensland et ses collègues rapportèrent il y a quelques temps dans le « European Heart Journal » que plusieurs pauses, même si elles ne durent que quelques minutes, renforcent le cœur et diminuent le tour de hanches. Les chercheurs ont analysés 4757 adultes qui ont été munis d´un système de mesure de l´activité de la hanche qui fonctionne comme un compteur de pas.

Les personnes les plus souvent debout ont aussi le moins de graisse dans le sang, le plus faible taux de glucose et le tour de hanches le plus réduit. « Vraisemblablement, nous pourrions diminuer le taux de maladies cardio-vasculaire de manière importante si la population restait moins longtemps assise » fut citée Healy dans le « Süddeutschen Zeitung ». Ce qui a étonné les chercheurs est « que les plus petites actions agissent positivement – se lever pour téléphoner, aller voir ses collègues dans la salle voisine plutôt que de les appeler ou par exemple aller aux toilettes à l´étage supérieur ». Voilà donc une bonne raison pour se lever et bavarder de temps en temps au travail.

16 note(s) (4.56 ø)
Non classé

Comments are exhausted yet.

3 commentaires:

Gérard DORY
Gérard DORY

Intéressant.

Nous devrions essayer de nous le rappeler plus souvent, en tout cas moi …

Becs.
G

#3 |
  0

Excellent article Dr KRON.
J’ai une idée , pourquoi ne pas concevoir des chaines équipées de programmes qui feront mouvoir ces « eternel assis » en des temps reguliers?
Après tout, quelle serait la part du stress de travail dans la prise de poids?

#2 |
  1
dr mohamed kellaci
dr mohamed kellaci

bonjour tres etonnant comme revelation mais nous les medecins cabinards c’est une catasyrophe alors

#1 |
  0
Langue:
Suivre DocCheck: