Parodontite : le biofilm d´horreur

4. août 2011
Share article

Une inflammation des gencives ne ruine pas seulement les dents sur le long terme. Les bactéries libérées envahissent aussi beaucoup d´autres régions du corps. Un jeune groupe de travail à Zürich essaie de reproduire les mécanismes de l´inflammation dans une boîte de culture.

Dans certaines régions du monde, jusqu´à 90% de la population portant un appareil dentaire souffre d´une inflammation dont il est la cause. Même dans la bouche des patients des pays industrialisés, on trouve dans plus d´un cas sur 10 une parodontite avancée. Il n´y a qu´avec un nettoyage intensif et des antibiotiques que l´on parvient à chasser le mélange de bactéries agressives hors des cavités dentaires.

„La parodontite est un très large problème de santé avec des effets sur la santé générale de l´individu. A l´heure actuelle, on ne connait pas encore le déroulement exact de l´inflammation ni pourquoi certaines personnes auront une parodontite sévère et d´autres non.“ Nagihan Bostanci réalise des recherches sur ce sujet depuis plus de 10 ans. Depuis quelques années, elle dirige un groupe de travail à l´université de Zürich pour essayer d´obtenir un meilleur point de vue sur les affections concernant les dents. Pour cela, elle a établi un modèle in vitro de biofilm bactérien. Il doit permettre de donner des informations de niveau moléculaires aux chercheurs sur ce qui passe lors de la rencontre entre le tissu parodontal et les bactéries pathogènes.

Un voisinage étroit permettant une production d´armes commune

Quand des bactéries -souvent de différents types- s´agrègent en un tel biofilm, elles s´auto-procurent un avantage évolutif naturel. Elles ne doivent donc produire que peu d´enzymes pour fissurer l´écran stable composé polysaccharides de qui sert de protection extracellulaire. Il n´est donc pas étonnant que, d´après les estimations des experts, de tels biofilms sont formés dans 60 à 70 % des infections. L´étroit voisinage entre les cellules du bélier bactérien commun influe aussi sur l´expression de certaines protéines. Pseudomonas aeruginosa met en marche des pompes membranaires sur des cellules individuelles, qui vont par exemple chasser l´antibiotique (théoriquement efficace) de l´intérieur de la cellule. Les glycosyltransférases de Streptococcus mutans permettent la synthèse de sucre à longues chaînes insolubles à partir d´ensembles moléculaires plus petits. En adhérant sur la dent, ils servent aussi de substrat en cas de périodes sans apports en sucre. Les biofilms sous-gingivaux se referment alors sur eux-mêmes de manière quasi inéluctable, et commence ainsi leur action d´agression dans l´intérieur du tissu.

var dcmv = new DcMediaViewer(); dcmv.embed({« slider »:  » OQXj4QfaHFZdW5DZ1Kk6PA « , « view »: « max », « tooltips »: false });

Les réactions chroniques d´inflammation dans le corps et la bouche se ressemblent. Plusieurs marqueurs des parodontites se retrouvent aussi dans la maladie de Crohn, certains types de polyarthrite, en cas d´inflammation de la vessie ou dans les diabètes.

Parodontite, diabète et maladies cardiaques

Il y a des liens significatifs entre le diabète et l´inflammation causée par un dentier : les diabétiques -surtout ceux qui sont mal stabilisés- souffrent plus souvent de parodontite qui est souvent beaucoup plus agressive que chez les autres individus. De mauvaises réactions aux thérapies et une baisse des défenses immunitaires diminuent les chances de guérison rapide et complète. Des études longitudinales ont aussi montré que la parodontite elle-même peut amener à une augmentation de la glycémie, et donc à l´aggravation d´un diabète pré-existant. Plus l´inflammation buccale est importante, meilleures sont les chances qu´ont les bactéries d´atteindre le sang et donc de faire de nouveaux dégâts. Les substances-messagères produites diminuent l´efficacité des récepteurs à insuline et donc permettent l´augmentation de la glycémie.

Des méta-études ont aussi montré un lien entre les parodontites et les maladies cardiaques. Une prise en charge efficace permet d´améliorer la fonction endothéliale et diminue ainsi le risque d´infarctus du myocarde et d´attaque d´apoplexie. Celui qui ne fait pas attention à son poids fait aussi du mal à ses dents. L´adiposité est aussi associée à une inflammation dentaire. Um IMC élevé implique souvent plusieurs foyers de parodontite dans la bouche. Il est possible que l´adipokine joue un rôle dans ce processus. Cette substance-messagère issue du tissu adipeux accroît les processus inflammatoires. Ces médiateurs sont aussi trouvés dans le liquide du sulcus et les gencives.

Biofilm et gencives dans une boîte de Pétri

Sur les près de 700 types de bactéries qui s´ébrouent dans la bouche humaine, Bostanci a cherché les 10 plus importants et elle les a cultivés en laboratoire comme un biofilm. Le modèle pour cela était le travail d´un groupe américain qui avait réalisé de telles recherches deux ans auparavant. Une publication de la chercheuse, parue il y a quelques mois dans „Cellular Immunology“ décrit l´augmentation de la production des médiateurs Interleukines 1ß et IL-18 lorsque les fibroblastes des gencives entrent en contact avec la partie externe de la du biofilm cultivé. Il s´ensuit, selon que ce soit un biofilm sur-gingival ou sous-gingival, l´activation de différents gènes du fibroblaste.

La haute production de caspases montre la stratégie agressive de l´agent pathogène. Cette enzyme destructrice de protéines joue un rôle important dans le suicide cellulaire. „RANKL“ et son antagoniste OPS ont aussi un rôle important dans l´augmentation de la résorption osseuse de la mâchoire. RAMKL est un ligand du facteur de transcription NFkB qui permet le développement des ostéoclastes, les cellules responsables de la résorption osseuse. L´ostéoporine (OPG) bloc ce ligand.

Comme DocCheck l´a appris lors d´un entretien avec Bostanci, les découvertes de ces différents projets de recherche doivent paraître dans les prochains mois dans les revues spécialisées. Ces données peuvent aussi donner des indications sur la manière dont de futurs composés pourraient contourner la stratégie du biofilm bactérien. Et probablement aussi être utilisées pour d´autres types d´infections persistantes de la région buccale.

4 note(s) (2.5 ø)
Non classé

Comments are exhausted yet.

1 commentaire:

docteur Georges Helman
docteur Georges Helman

les osteoclastes ne construisent pas les os mais les détruisent. Le texte anglais le dit correctement.
Un blame pour le traducteur….

#1 |
  0
Langue:
Suivre DocCheck: